Barack Obama a donc annoncé une réforme de la NSA et de certains aspects du programme de surveillance international mis en place par les États-Unis. Jugée insuffisante par de nombreux observateurs, la réforme du président américain a reçu une très mauvaise note de la part de l'EFF.

Vendredi, Barack Obama a annoncé une réforme des activités de la NSA et, plus généralement, du programme de surveillance globale employé par les États-Unis. Le discours du président américain était naturellement très attendu, mais son contenu s'est révélé décevant. Les quelques évolutions qui vont avoir lieu, si elles vont dans le bon sens, ne remettent pas en cause l'espionnage de masse lui-même.

Julian Assange, le leader de Wikileaks, a par exemple dénoncé la vacuité du discours de Barack Obama. Plus nuancé, le travailliste britannique Claude Moraes, rapporteur auprès de la commission du Parlement européen chargée d'enquêter sur les programmes de surveillance de la NSA en Europe, a fait part de sa déception. Idem du côté de l'EFF, qui a établi une grille d'évaluation pour noter la réforme.

Celle-ci s'est vue attribuer la note de 3,5 / 12.

L'ONG américaine est satisfaite des modifications qui vont concerner le fonctionnement de la cour fédérale créée par la loi Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) et du refus annoncé du président de s'opposer à un texte de loi (FISA Improvements Act) visant à faire entrer dans la législation les pratiques de la NSA.

Sur les douze critères d'évaluation passés en revue, il s'agit des des deux seuls qui ont obtenu la note maximale (un point).

L'EFF a ensuite attribué un demi-point pour l'arrêt programmé des injonctions administratives sans examen accompagnant les "lettres de sécurité nationale" et la possibilité pour les sociétés de divulguer leur existence, au moins après un certain délai. L'EFF a aussi donné 0,5 point pour les pas faits en direction d'une communication publique et complète de l'appareil de surveillance.

L'EFF a accordé 0,3 point pour le petit effort visant à mieux respecter la vie privée des étrangers dont les données sont capturées par la NSA et 0,2 point pour l'arrêt de la surveillance de masse des communications. En fait, les étrangers seront toujours susceptibles d'être espionnés et l'espionnage global va se poursuivre, mais les annonces vont dans la bonne direction, pointe l'ONG.

Les 6 autres critères d'évaluation ont reçu la note minimale, à savoir zéro. Aucune annonce n'a été faite concernant l'arrêt du sabotage de la sécurité sur Internet, la réforme complète et transparente des activités et du fonctionnement de la NSA ou encore la protection des lanceurs d'alerte sur des sujets liés à la sécurité nationale.

Le résumé de la grille d'évaluation se trouve ci-dessous. Pour le détail, il faut se rendre sur le site de l'EFF.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés