Près de dix ans après l'affaire du "Cannibale de Rotenburg", un homme a été arrêté en Grande-Bretagne, soupçonné d'avoir trouvé grâce à internet une victime consentante de son cannibalisme. Le suspect est un policier expert des affaires de meurtre.

Les policiers savent être serviables. Parfois peut-être un peu trop. En Grande-Bretagne, le Guardian raconte qu'un agent de police a été arrêté pour des faits de cannibalisme présumé. Il aurait tué, découpé et peut-être mangé quelques parties d'un individu qui avait fait connaître sur Internet son fantasme d'être tué et mangé.

Selon le quotidien britannique, le policier est suspecté d'avoir poignardé l'homme chez lui le 4 novembre dernier, de l'avoir coupé en morceau, et d'avoir enterré les différentes parties dans son jardin. Les deux complices, dont on ne sait pas encore si la complicité était totale jusqu'à l'acte final, se seraient rencontrés un mois auparavant dans un salon de discussion, sur un site dédié au cannibalisme.

Le suspect, un policier de 55 ans, était expert technique auprès de la police scientifique, en charge de résoudre les meurtres. Mais il a visiblement été moins doué que Dexter pour dissimuler son crime.

Déjà en 2004, l'informaticien allemand Armin Meiwes avait été condamné pour le meurtre de Bernd Jürgen Brandes, victime consentante de cannibalisme. Surnommé "le Cannibale de Rotenburg", l'homme avait été condamné une première fois à huit ans d'emprisonnement, mais sa peine avait été alourdie à la réclusion à perpétuité lors du procès en appel, en 2006.

A l'époque, en 2001, Meiwes avait publié des annonces sur Internet pour trouver un homme désirant être mangé. De façon surprenante, il avait reçu plusieurs réponses, et avait alors rencontré Brandes, avec lequel il eut des relations sexuelles avant de commencer par savourer ensemble son pénis, découpé et cuisiné avec amour. La scène fut filmée, avant la mise à mort finale. Il ne fut arrêté qu'en décembre 2002, au moment de rechercher une nouvelle victime.

(Illustration : CC Alberto Elia Violante)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés