D'après un ancien cadre supérieur, Apple s'intéresse à la réalité augmentée. L'entreprise américaine a même développé des prototypes similaires aux lunettes Google Glass. C'est une demi-surprise : les départements R&D des grandes entreprises high tech développent tous des produits expérimentaux très divers. Apple n'échappe pas à cette règle.


L'an dernier, Google a frappé très fort dans le domaine de la réalité augmentée en présentant le projet Glass. La paire de lunettes conçue par la firme de Mountain View ouvre incontestablement de nouvelles perspectives, notamment dans le secteur médical. Mais cette technologie en devenir charrie dans son sillage des questions légitimes, principalement en matière de vie privée.

Aux dernières nouvelles, les lunettes Google Glass seront commercialisées l'année prochaine. D'autres firmes pourraient rejoindre l'entreprise californienne sur ce marché. C'est le cas de Sony, qui possède un brevet pour un dispositif similaire. C'est également le cas de Sony, à en croire Tony Fadell, ancien vice-président senior en charge de l'iPod chez Apple (2006 à 2008).

Interrogé par Fast Company, l'ancien cadre supérieur d'Apple, devenu désormais PDG de Nest, a confié que la firme de Cupertino s'est intéressée à la réalité augmentée. Et qu'elle doit certainement toujours s'y intéresser. Jusqu'en 2010, année de son départ, Tony Fadell assure avoir travaillé sur un certain nombre de prototypes mais que les produits commercialisés durant cette période occupaient déjà énormément l'entreprise.

"Chez Apple, nous nous demandions toujours : quoi d'autre pouvons-nous révolutionner ? Nous nous sommes penchés sur les caméras vidéo et les télécommandes. Le truc le plus fou dont nous avons parlé était quelque chose comme Google Glass. […] J'ai construit plusieurs de ces prototypes. Mais nous avions un tel succès avec les produits que nous faisions déjà que nous n'avions pas le temps".

Apple a donc travaillé sur un dispositif similaire à Google Glass ; sans doute l'entreprise envisage-t-elle encore cette piste, et bien d'autres. Cela étant, l'enthousiasme exacerbé de Tony Fadell doit être quelque peu tempéré : c'est le propre de toute entreprise high tech d'envisager de nouvelles voies qui pourraient se concrétiser par un débouché commercial.

Tout comme Microsoft, Google et les autres géants du secteur, Apple dispose d'un budget de recherche et développement qui lui donne la possibilité de creuser de nouvelles pistes. Le groupe peut ainsi créer et tester de nouveaux gadgets ou expérimenter des variantes de produits existants (des iPhone avec une diagonale d'écran 6 pouces par exemple).

Or, combien de ces travaux exploratoires ne dépassent pas le stade de la table à dessin ? Ou les portes du QG d'Apple ?

( photo : CC BY-SA Elwood_j_blues )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés