En Autriche, un professeur de technologie a mis au point un robot qui lui permet de scanner toutes les pages d'un livre Kindle, en principe protégé par un DRM empêchant sa copie.

Avec les livres papier, rien ne s'opposait au fait de lire le livre, le prêter, le donner, le vendre, le photocopier, l'annoter, le découper, etc., etc. Une fois acheté, le livre devenait la propriété de son acquéreur, avec tous les attributs du droit de propriété, sans aucune retenue. Avec le livre numérique en revanche, les éditeurs et les revendeurs ont la possibilité technologique de limiter ce que les acheteurs peuvent faire de leurs livres, grâce aux DRM qui contrôlent que les utilisations sont bien conformes aux restrictions imposées dans les contrats de licence.

Chez Amazon, les livres vendus pour les Kindle sont livrés dans un format ePub avec DRM, qui empêchent de les lire avec d'autres outils que les logiciels et liseuses électroniques d'Amazon. Il est bien sûr possible de trouver sur Internet des logiciels pour supprimer ces DRM, mais ils sont en principe interdits par les lois comme la DADVSI française, qui interdisent de porter atteinte aux "mesures de protection techniques" imposées par les ayants droit.

Comment, dès lors, copier le contenu d'un livre Kindle pour le lire sur un autre appareil, sans utiliser de logiciel interdit ? En Autriche, le professeur Peter Purgathofer, qui enseigne à l'Université de Technologie de Vienne, a mis au point sa propre solution artisanale. Avec l'aide d'un kit Lego Mindstorms, l'universitaire a conçu un robot qui appuie automatiquement sur le bouton permettant de tourner la page d'un Kindle, et qui appuie ensuite sur le clavier d'un Mac pour prendre une photo de la nouvelle page. Chaque page est ainsi numérisée, et pourra être convertie en document texte avec l'aide d'un logiciel d'OCR ou d'un service en ligne comme FreeOCR.

Malin. Mais le juriste pinailleur notera que la loi française punit le fait de "détenir en vue d'un usage personnel ou d'utiliser une application technologique, un dispositif ou un composant conçus ou spécialement adaptés pour porter atteinte à une mesure technique (…) qui protège une oeuvre, une interprétation, un phonogramme, un vidéogramme, un programme ou une base de données". Peu importe que ce "dispositif" soit un robot et non un logiciel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés