Selon le site spécialisé WinBeta, Microsoft pourrait opérer une bascule révolutionnaire vers un "OS en cloud" dès Windows 10. Rumeur totalement fantaisiste, ou crédible ?

Sur 10 heures passées sur votre ordinateur, combien en passez-vous ailleurs que sur votre navigateur internet ? Probablement peu, ou en tout cas beaucoup moins qu'il y a quelques années. Avec le développement des applications en ligne et du stockage des données à distance, le besoin d'un ordinateur se fait de moins en moins ressentir. Sauf à jouer à des jeux récents sur PC plutôt que sur console, ou à avoir des besoins spécifiques comme le montage vidéo ou la retouche photo (et encore), la plupart des activités informatiques peuvent aujourd'hui se faire au sein-même des navigateurs web, avec une puissance de calcul assumée par les serveurs qui délivrent ces applications.

Le besoin d'un système d'exploitation lourd, sur lequel il faut pouvoir installer des logiciels et brancher des périphériques en tous genres, est donc en voie de disparition. L'ordinateur pourrait demain se réduire à la portion congrue, faisant de la machine personnelle un simple terminal capable d'afficher ce qui sera en réalité fourni par un serveur distant, en streaming. Un minitel moderne, qui n'a rien de la science-fiction.

Le mouvement est déjà poussé depuis longtemps par Google avec son Chrome OS, et par toute une série d'acteurs de la location de machines virtuelles. C'est aussi avec cette logique que Dell prépare des ordinateurs à 50 euros. Microsoft lui-même a anticipé le mouvement, d'abord auprès des entreprises, à travers Windows Azure.

Or voilà qu'une rumeur surgit, selon laquelle le futur Windows 9 qui pourrait sortir dans un an serait le dernier système d'exploitation traditionnel de Microsoft. Son successeur Windows 10 pourrait être un système d'exploitation "en cloud", c'est-à-dire hébergé sur les serveurs de Microsoft, et loué plutôt qu'acheté.

L'ordinateur se contentera de lancer un navigateur minimaliste pour accéder à l'environnement Windows en plein écran, de façon streamée. Toutes les données de l'utilisateur seraient stockées sur les serveurs SkyDrive de Microsoft (ce que prépare déjà le futur Windows 8.1 en faisant de SkyDrive l'emplacement par défaut où sauvegarder les fichiers), et les logiciels s'installeraient à distance, depuis leur version téléchargeable plutôt que les vieux DVD qui rejoindront bientôt les CD et disquettes au musée de l'informatique. Avantage supplémentaire : le même environnement Windows serait disponible depuis n'importe quel ordinateur ou tablette, après s'être identifié avec son compte Windows.

C'est certainement là l'avenir qu'entrevoit Microsoft. Mais il paraît bien difficile d'imaginer qu'une telle révolution puisse être réalisée dès Windows 10, ne serait-ce que parce qu'elle exigera que l'ensemble des utilisateurs du monde entier aient accès à internet à haut voire très haut débit. 

En revanche, peut-être Microsoft proposera-t-il une version de Windows 10 en cloud, qu'il sera possible de louer plutôt que d'acheter. L'avenir le dira.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés