Depuis 1993, la conférence DEF CON était un lieu où hackers, chercheurs, professionnels et agents gouvernementaux pouvaient se côtoyer pour discuter de la sécurité informatique. Mais avec les révélations d'Edward Snowden, l'organisateur de la DEF CON souhaite que les agents gouvernementaux et les employés d'agences fédérales ne participent à la 21ème édition qui aura lieu dans trois semaines.

Organisée depuis 1993, la conférence DEF CON dédiée aux nouvelles technologies et à la sécurité informatique rassemble chaque année des milliers de passionnés. Jusqu'à présent, les hackers n'étaient pas les seuls à participer à cet évènement : les portes de la DEF CON étaient aussi ouvertes à un public plus large, allant des professionnels du secteur privé aux chercheurs, en passant par les journalistes.

La DEF CON tolérait aussi la venue d'agents travaillant pour le gouvernement américain, comme l'explique cette FAQ. Il pouvait s'agir de policiers fédéraux (FBI) ou d'employés du département de la défense des États-Unis. Bien sûr, ces derniers affichaient rarement leur allégeance. Aussi, un petit challenge a fini par voir le jour, baptisé "Spot the Fed". comme le rappelle Wired, il consistait à repérer les agents sous couverture.

Pendant vingt ans, cette proximité entre des participants venus d'horizons très différents a fonctionné. Puis l'affaire PRISM – nom de code de l'un des programmes de surveillance électronique de la NSA – a éclaté, entraînant une rupture entre le personnel des agences gouvernementales et les autres participants. Et pour la première fois, la prochaine édition du DEF CON sera opposée à la présence des agents fédéraux.

"Pendant plus de deux décennies, la DEF CON a été un lieu ouvert de la culture hacker, un lieu où les professionnels chevronnés, les bidouilleurs, les universitaires et les fédéraux pouvaient se rencontrer, échanger des idées et s'amuser sur un territoire neutre", souligne le fondateur de la DEF CON, Jeff Moss, cité par Ars Technica. Mais la confiance a été perdue.

"Notre communauté repose sur un esprit d'ouverture, de confiance vérifiée et de respect mutuel". Or, les récentes révélations réalisées par Edward Snowden font que "beaucoup au sein de la communauté sont désormais gênés par cette relation" avec les fédéraux et les militaires. Aussi, la DEF CON souhaite que ces derniers passent leur tour cette année afin de réfléchir à la situation.

La DEF CON n'envisage pas pour l'instant une rupture complète avec le personnel gouvernemental. De toute façon, Jeff Moss se doute que sa recommandation est très limitée : rien ne permet de dire que les agents suivront cette suggestion, d'autant qu'ils peuvent   toujours tenter d'assister à la DEF CON 21 sous couverture, qui aura lieu du 1er au 4 août à Las Vegas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés