Lourdement condamnée en justice pour avoir téléchargé illégalement quelques titres de musique, Jammie Thomas-Rasset vit désormais avec une amende de 220 000 dollars sur les épaules. La RIAA, qui a poursuivi des années durant l'Américaine, a proposé un arrangement en échange d'une réduction substantielle du montant de la sanction. Elle a refusé.

L'an dernier, Jammie Thomas-Rasset a été condamnée à une amende de 220 000 dollars dans une affaire de téléchargement illégal. L'Américaine était poursuivie depuis 2004 par la RIAA pour avoir récupéré 24 chansons piratées sur KaZaA. Le procès, qui a connu de multiples rebondissements, a finalement terminé sa course devant la cour suprême, qui a rejeté le recours de l'accusée.

Le volet judiciaire du dossier Jammie Thomas-Rasset appartient désormais au passé. Toutefois, des contacts perdurent entre les deux parties. D'après une information du magazine Wired, la RIAA aurait proposé à l'Américaine un arrangement pour lui éviter de payer effectivement la totalité de l'amende de 220 000 dollars. En échange d'une réduction du montant, elle doit prêter son concours à une campagne anti-piratage.

La RIAA mise évidemment sur les ressources financières limitées de Jammie Thomas-Rasset pour l'inciter à coopérer. Mais c'était sans compter la fierté de l'intéressée. Interrogée, elle a indiqué qu'elle ne comptait pas participer à une quelconque opération médiatique organisée par la RIAA. À l'entendre, elle préfère encore se déclarer en faillite personnelle.

Ce n'est pas la première fois qu'un compromis entre la RIAA et Jammie Thomas-Rasset est envisagé. Il y a trois ans, l'association interprofessionnelle chargée de défendre les intérêts de l'industrie du disque avait avancé un accord à 25 000 dollars au lieu d'une sanction de 1,92 million de dollars, réduite ensuite à 54 000 dollars. L'arrangement avait été repoussé.

De son côté, la RIAA a reconnu que des propositions ont été avancées pour mettre fin à cette histoire. Dans un communiqué, elle explique qu'elle "cherche à résoudre cette affaire d'une façon raisonnable. […] Nous pensons que c'est un geste de bonne volonté et nous faisons ce que nous pouvons pour résoudre ce cas d'une manière qui satisfasse tout le monde."

L'avocat de Jammie Thomas-Rasset a confirmé des discussions très générales en ce sens. Toutefois, rien de précis n'a été formulé, sans doute parce que la RIAA se souvient d'avoir été éconduite à plusieurs reprises par l'Américaine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés