Si tant est qu'ils arrivent à mettre la main sur Edward Snowden, qu'ils ont décidé d'inculper pour trahison et espionnage, les Etats-Unis auront du mal à se montrer d'une sévérité exemplaire sans lever l'indignation d'une partie croissante du peuple américain, qui ne supporte plus que le curseur se soit éloigné de la "liberté" pour se rapprocher toujours davantage de la "sécurité". 

Ouverte dès le 9 juin 2013, le jour-même où l'ancien agent de la NSA a révélé son identité, une pétition publiée sur le site de la Maison Blanche demande à Barack Obama et à son administration de "pardonner Edward Snowden". 

"Edward Snowden est un héro national et il devrait se voir délivrer un pardon plein, gratuit et absolu pour tout crime qu'il a commis ou a pu commettre en lien avec les révélations sur les programmes de surveillance secrets de la NSA", dit le très court texte de la pétition.

Celle-ci a été signé à plus de 110 000 reprises, ce qui signifie qu'elle a dépassé les 100 000 signatures américaines nécessaires pour obliger la Maison Blanche à répondre. Elle n'a bien sûr aucune obligation d'accorder ce qui est demandé, mais elle doit nécessairement apporter une réponse.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés