L'initiative EUCD.info, qui défend le logiciel libre et les libertés les plus essentielles des internautes, s'est dite écoeurée aujourd'hui par les textes votés par l'Assemblée sous les ordres du gouvernement. Elle pousse toutefois à renouveler la pression sur la majorité.

« M. Donnedieu de Vabres et M. Vanneste resteront dans les mémoires comme un ministre et un rapporteur à la solde évidente d’industriels désireux de revenir sur les droits du public pour mieux imposer leurs modèles économiques« , accusent les membres de l’initiative EUCD.info dans un communiqué. Elle constate que le gouvernement, le rapporteur, et la majorité « sont revenus ouvertement à la logique originale du DADVSI : le tout-répressif« .

Des députés UMP avaient fait de belles déclarations d’intention sur la protection du logiciel libre, des exceptions pour copie privée ou de la vie privée. Mais « pourquoi les prétendus défenseurs du logiciel libre ne se sont-ils pas élevés quand le ministre a déclaré que la publication d’un code source « facilitant le contournement » devait être interdite ?« , demande EUCD.info. « C’est inacceptable en plus d’être ridicule« .

L’initiative dénonce le vote de l’amendement Vivendi, qui s’il était maintenu, même amendé comme il l’a été, « introduirait une insécurité juridique majeure et ouvrirait la porte à des menaces et poursuites arbitraires« . Elle espère que « les députés UMP ayant encore une conscience et une once de courage sauront s’opposer en séance » au volet civil de l’amendement Vivendi, introduit dans l’amendent 267.

Les membres de l’intiative EUCD.INFO « sont littéralement écoeurés par les méthodes utilisées par le gouvernement pour faire plier les députés de la majorité et faire adopter des texte rédigés notoirement par des lobbies« . Toutefois, ajoute l’initiative avec colère, « ils ne baissent pas pour autant les bras et vont continuer à lutter contre un texte qui aurait dû depuis longtemps être retiré si le Premier Ministre n’était pas aussi psycho-rigide et ne considérait pas les députés comme des « connards » (sic), le parlement comme une « chambre d’enregistrement », et la concertation avec la société civile comme une option« .

L’initiative EUCD.INFO demande à ses soutiens de contacter les députés UMP pour leur demander d’exercer ce soir en conscience le mandat que le peuple leur a confié. « On ne peut pas s’auto-proclamer  » sauveur du logiciel libre  » et dans le même temps défendre des amendements scélérats dénoncés depuis des mois par tous les acteurs du logiciel libre« , conclue-t-elle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés