Peter Molyneux va confier au vainqueur de son mini-jeu "Curiosity" le soin de devenir le dieu de tous les dieux sur Godus, le successeur de sa série Populous. Le joueur devra définir les règles qui inciteront les autres à dépenser toujours plus d'argent, et touchera une part des revenus ainsi générés.

Pour toute une ancienne génération de joueurs, le nom de Peter Molyneux est associé à certains des meilleurs titres de l'histoire du jeux vidéo, emprunts d'un brin de génie et de créativité : Populous, Theme Park, Theme Hospital, Dungeon Keeper, Black & White… Pour toute une autre génération, plus jeune, Peter Molyneux est surtout le créateur de jeux le plus décevant, qui promet toujours ce qu'il n'arrive jamais à délivrer, et qui a abandonné son audace dans la prison dorée des grands studios, lorsqu'il a vendu Bullfrog à Electronic Arts en 1995, puis Lionead Studios à Microsoft en 2006 (voir à ce sujet un excellent reportage de Wired publié en 2012).

Fin 2012, après avoir finalement quitté Microsoft et créé sa nouvelle société 22Cans, Peter Molyneux est revenu à ses premières amours en lançant un nouveau projet de jeu vidéo très fortement inspiré de Populous, Godus, pour lequel le créateur britannique a pu lever plus de 600 000 euros sur Kickstarter. Mais en marge du jeu, 22Cans avait lancé il y a six mois un très étrange défi, sous la forme d'un mini-jeu baptisé "Curiosity : What's Inside The Cube", qui consistait à casser des millions de petits cubes de façon collaborative, pour atteindre les couches inférieurs de l'immense cube de base. Celui qui casserait le dernier cube serait le gagnant d'une surprise, dont Peter Molyneux affirmait qu'elle "changerait la vie" de l'élu.

Les fantasmes ont circulé sur la révélation. Une immense fortune financière ? Une maison dans la toundra ? Une nouvelle identité ? Un simple précepte philosophique asséné par le maître du jeu vidéo ?…

Aujourd'hui, le dernier cube a été cassé, et Peter Molyneux a donc dévoilé la surprise. "Après que 25 milliards de cubes ont été détruits, pendant 150 jours, après que 4 millions de personnes l'aient téléchargé sur leurs divers appareils, et après avoir enregistré des dizaines de milliers d'utilisateurs simultanés, nous avons atteint la fin", se félicite-t-il dans une vidéo où il apparaît seul, au milieu d'un immense espace vide. C'est "quelque chose que nous seuls pouvons offrir : la possibilité d'être un dieu virtuel".

"Nous réalisons un jeu appelé Godus. Vous, qui avez détruit le dernier cube, serez le dieu de tous les gens qui jouent aux dieux. Vous allez décider des règles par lesquelles le jeu est joué, et vous allez recevoir une part du succès du produit. Chaque fois que des gens dépenseront de l'argent sur Godus, vous en obtiendrez une petite part", précise Molyneux.

Un joueur, choisit (presque) par hasard et donc sans avoir de compétences particulières dans le game design, va ainsi être associé financièrement au succès du jeu, auquel il devra lui-même participer pour faire en sorte que les joueurs du monde entier en deviennent accroc, de façon à augmenter ses propres revenus.

Le pari est osé. Comme souvent avec Peter Molyneux.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos