Chaque semaine, Numerama héberge ActuaLitté le temps d'une revue de presse relevée sur la lecture et les nouvelles technologies. Quelques liens, pas de fioritures et l'essentiel de l'information en deux ou trois lignes. Cette semaine, du gratuit, des inquiétudes quant au respect du droit d'auteur et plusieurs interrogations autour du traitement des données personnelles.

Lundi :

Le numérique ouvre le livre au champ de la gratuité : cela permet de (re)découvrir les grands classiques du domaine public, rapidement et facilement. Si une simple recherche Google permet généralement de trouver le titre recherché. Pour les autres, quelques astuces pour devenir un spécialiste de la lecture à moindres frais…

 
tribehut
, CC BY-SA 2.0

Mardi :

Le téléphone portable a récemment fêté ses 40 ans, mais son cousin l'ebook est également quadragénaire. Créé par Michael S. Hart, le premier livre numérique (la déclaration d'Indépendance des États-Unis) bénéficie très vite d'un solide projet Gutenberg, également mis sur pied par Hart. 4 décennies plus tard, le projet Gutenberg poursuit son travail de numérisation…

Mercredi :

Le président de l'Author's Guild, Scott Turow, alerte l'opinion publique sur la façon dont le droit d'auteur est considéré aux États-Unis, et même de par le monde. Une dégradation qui se concrétise dans la part que touche l'auteur sur les recettes, ou encore l'accessibilité de ses ouvrages au format numérique en bibliothèque. Une menace qui ne touche pas que l'auteur, mais aussi la liberté d'expression.

Jeudi :

Un nouveau cas de censure administrée par Apple ? C'est ainsi que la presse mondiale, et le créateur du comics incriminé, ont expliqué l'absence de distribution pour le comics SAGA #12. Finalement, il s'avère que c'est ComiXology, plateforme numérique de diffusion de comics, qui a décidé de censurer le comics en amont… L'autocensure, encore pire ?

Vendredi :

Un projet de règlement européen sur les données personnelles donne des sueurs froides aux archivistes et aux métiers de la recherche, qui estiment que celui-ci pourrait les gêner dans le bon exercice de leurs métiers. Si la pétition a suscité quelques interrogations, la cause est désormais entendue, et évoluera au rythme des amendements et autres textes de loi, en attendant le vote final.

À la semaine prochaine !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés