Alors que doit reprendre la semaine prochaine la discussion parlementaire sur le projet de loi relatif au droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information (DADVSI), le député PS Christian Paul ouvre un blog spécial.

Christian Paul fut, avec son partenaire socialiste Patrick Bloche et avec le député UMP Alain Suguenot, l’architecte de l’adoption d’une première partie de la licence globale le 21 décembre dernier. Alors que le vent anti-licence globale s’est transformé en tempête hivernale, le député socialiste est décidé à ne pas laisser son projet de société se briser en deux lors de la reprise des débats le 7 mars prochain.

« Je veux vous faire partager, de l’intérieur de la machine, ce deuxième round parlementaire qui commence la semaine qui vient, après le KO technique de décembre« , annonce-t-il sur son blog culturenumerique.net, ouvert pour l’occasion, le même jour que le site co-financé entre le ministère de la Culture et deux sociétés privées, la Sacem et la SACD.

Avec lestelechargements.com, le ministre Renaud Donnedieu de Vabres, et surtout les artistes qui ont accepté de participer, se sont pris une énième giffle. « Marc Lavoine était furax, tout le monde était furax« , nous a confié une source proche de l’initiative, pour expliquer le changement de politique éditoriale déployée sur le site « de discussion ». Avec plus de 500 commentaires, la plupart pour le contredire et rejeter avec vigueur son témoignage (« sur les six années qui viennent ce sont 300.000 emplois qui vont être supprimés« ), Marc Lavoine a perdu beaucoup en popularité sans rien apporter de pesant dans le débat démocratique. Certaines vidéos d’artistes et de créateurs, dont on nous assure qu’elles étaient bien plus virulentes que celle de Marc Lavoine, pourraient être annulées pour ne pas jeter davantage d’huile sur le feu.

Le gouvernement tentait là une dernière manche de communication, et il l’a perdu face à des internautes excédés, non seulement par la teneur du projet de loi, mais aussi et surtout par le ministère qui persiste à parler de « désinformation » lorsque de vrais arguments lui sont opposés sur la copie privée, les DRM, l’interopérabilité ou le logiciel libre.

«  chaque étape de notre histoire, après des crises sévères, l’on sut écrire un nouveau contrat culturel et fonder un équilibre entre les droits en présence« , note Christian Paul. « Vite, il reste dix jours…« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés