42, l'école de programmation et des métiers informatiques lancée mardi matin par Xavier Niel, accueillera gratuitement 1000 étudiants sélectionnés après une phase de tests double, d'abord en ligne puis au travers d'un stage intensif baptisé "Piscine". Les étudiants sélectionnés pourront bénéficier de locaux ultra modernes dans le coeur de Paris, et seront encouragés à apprendre par la collaboration.

Comme prévu, Xavier Niel a annoncé ce mardi matin le lancement de son école de programmation 42, dont les préinscriptions sont ouvertes dès ce matin sur le site officiel. Les candidats doivent d'abord remplir un questionnaire de 42 questions destinées à cerner le "potentiel" de chacun. Au terme de ce processus, 3 à 4000 élèves seront retenus pour un stage intensif d'un mois d'informatique, puis 1000 seront finalement retenus pour la rentrée en novembre 2013.

Chacun des étudiants se verra confié un iMac 27 pouces accessible dans les locaux parisiens de 42, qui offrira une scolarité entièrement gratuite, mais sans diplôme à la clé. La réputation de l'école devra suffire à convaincre les futurs employeurs.

Au niveau pédagogique, 42 veut briser la hiérarchie "professeur à élève", comme c'était déjà le cas à l'école Epitech qu'avait fondée Nicolas Sadirac, qui accompagne Xavier Niel dans cette nouvelle aventure. Les enseignements feront primer la collaboration entre élèves, dans une formule dite "peer to peer" basée sur la réalisation de projets. Néanmoins, les enseignements resteront structurés, avec un programme scolaire (.pdf) de trois années d'ores et déjà communiqué.

La première année, les élèves auront ainsi des cours sur les algorithmes élémentaires, l'environnement Unix, l'interface graphique, la sécurité informatique, la culture informatique, le C++, la programmation orientée objet, l'intelligence artificielle, la cryptographie, ou encore OpenGL. Au cours de cette première année, les étudiants devront réaliser des mini-projets aussi divers que la réalisation d'un moteur 3D de base de type FPS ou la réalisation d'un mécanisme d'authentification déporté.

L'ensemble du projet est porté par une organisation à but non lucratif, pour l'instant exclusivement financé par Xavier Niel à hauteur de 20 millions d'euros. Le fondateur de Free estime qu'il faudra investir autour de 50 millions d'euros pour les 10 premières années.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos