Cette semaine encore, ActuaLitté a mis le meilleur de côté pour Numerama, qui héberge dans ses colonnes la revue de presse consacrée au livre numérique et aux nouvelles technologies. Lecture, écriture, production et distribution, le monde du livre est soumis à de profonds bouleversements, et la mission sera simplement d'en rendre compte...

Lundi

Avec la création de la société ReDigi et la mise en ligne de son site, il devient possible de revendre – ou d'acheter – des fichiers numériques d'occasion, qu'il s'agisse de musique ou de livre. Toutefois, les craintes de l'industrie et des créateurs vis-à-vis de ce nouveau réseau sont encore importantes : comment vérifier que le consommateur supprime bien le fichier original de son appareil, au moment de la revente ?

 

Fahrenheit 451 e-book on the Kindle

unten44, CC BY 2.0

Mardi

Les ouvrages de Ray Bradbury ont passé le pas du numérique. L'auteur, décédé en juin 2012, avait toujours montré son hostilité à la conversion de ses ouvrages en fichiers. Et pourtant, dès novembre 2011, Fahrenheit 451 sortait au format EPUB, par Simon et Schuster. Aujourd'hui, c'est la Grande-Bretagne qui découvre Bradbury sur lecteur ebook, sous l'égide de HarperCollins UK.

Mercredi

Les écrivains ont toujours fréquenté la musique, et les sites d'écoute en streaming, comme Spotify, leur permettent désormais de composer la bande originale de leurs textes. Michel Connely choisit ainsi Frank Morgan, Art Pepper ou Chet Baker pour ses polars, tandis que Murakami préfère les Rolling Stones ou Nat King Cole…

Jeudi

L'édition numérique, plus rapide et moins coûteuse, procure un bien fou aux réseaux alternatifs et à leurs contenus non moins sulfureux : à ce titre, les projets érotiques, voire pornographiques, ont tiré leur épingle du jeu pour la mettre ailleurs. Faploid, sur le modèle de Flipboard, permet ainsi de créer son propre magazine érotique personnalisé, tandis que Offbeatr utilise le principe du crowdfunding pour des projets osés…

Vendredi

Tandis que Bruxelles lance une procédure d'infraction contre la France et la TVA à taux réduit qu'elle applique au livre numérique, les éditeurs, via le SNE, et les ministres Aurélie Filippetti et Fleur Pellerin ont fait valoir leurs arguments. Le livre numérique n'est pas un service, et ne doit pas être taxé aux alentours de 15 %, la neutralité du support (qu'il soit papier ou numérique) justifiant également ce taux exceptionnel. Reste à convaincre la Commission européenne…

À la semaine prochaine !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés