Free Mobile n'a pas seulement fait baisser les prix dans la téléphonie mobile. Il a également participé à populariser les offres téléphoniques sans engagement. Preuve en est, le parc est passé de 20 à 33 % en l'espace de quelques mois après l'arrivée du quatrième opérateur sur le marché.

C'est l'un des autres effets qu'a introduit Free dans le secteur de la téléphonie mobile. À côté de la baisse des prix suite au lancement de son offre principale à 19,99 euros par mois, ce qui a obligé la concurrence à aligner leurs forfaits low cost et à ajuster leurs autres gammes, le quatrième opérateur a également contribué à populariser les formules sans engagement.

C'est le constat fait par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. Dans son observatoire des marchés des communications électroniques en France pour le quatrième trimestre 2012, le régulateur des télécoms constate que la "proportion du nombre de forfaits libres d'engagement a augmenté significativement depuis le début de l'année 2012".

Free Mobile est évidemment le moteur de cette évolution, puisque cette proportion "demeurait un peu en dessous de 20 % les précédents trimestres". Or, sur les trois derniers mois de l'année dernière, celle-ci est passée à un tiers. Rien d'étonnant : outre Free Mobile, les offres low cost des trois autres opérateurs, à savoir Sosh, B&You et Red, ne nécessitent pas de s'engager dans le temps.

L'Arcep précise "qu'est considéré comme client sous engagement tout client s'étant engagé ou réengagé contractuellement (sur tout ou partie des contrats associés au service mobile) sur une durée minimale de souscription non échue à la date considérée. Est considéré comme client libre d'engagement tout client qui n'est pas sous engagement".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés