S'il a choisi de supprimer la limitation de la vitesse de téléchargement des contenus qu'il héberge, RapidShare ne compte pour autant re-devenir une place de choix pour les pirates. Le service allemand annonce que de nouvelles mesures contre le piratage seront mises en place dès la fin de l'année.

La semaine dernière, Numerama révélait que RapidShare a levé le bridage des vitesses de téléchargement de contenus sur son service d'hébergement. Au lendemain de la fermeture de MegaUpload en janvier 2012, l'entreprise allemande avait décidé de limiter drastiquement la vitesse de téléchargement à 30 ko/s pour les utilisateurs non inscrits à ses formules payantes. Officiellement, il s'agissait de lutter contre le piratage en limitant l'afflux d'émigrés venus de MegaUpload ; mais beaucoup avaient vu dans l'initiative de RapidShare une forme d'opportunisme commerciale.

Cependant, interrogé par TorrentFreak, RapidShare a confirmé la levée du bridage tout en annonçant de nouvelles mesures à venir pour contrer le piratage.

"Nous pouvons confirmer que nous avons supprimé toutes les limitations de téléchargements pour les utilisateurs gratuits, ce qui fait partie d'une nouvelle stratégie", a ainsi indiqué la directrice de RapidShare, Alexandra Zwingli. "Même si la limitation avait été introduite initialement pour brider le piratage, nous avons réalisé depuis qu'il existe des contre-mesures plus efficaces. Davantage de détails seront annoncés vers la fin de l'année 2012".

Se voulant exemplaire, pour éviter le même sort que MegaUpload, RapidShare a mis en place depuis plus d'un an un outil de crawling qui parcourt les forums et autres blogs warez pour trouver les liens des contenus piratés hébergés sur ses serveurs, et effacer rapidement les fichiers après vérification. Il a par ailleurs encouragé l'administration américaine à lutter contre les sites de liens qui "facilitent la diffusion massive et sans distinction de contenus protégés par la propriété intellectuelle sur le net et devraient être au cœur des efforts américains en matière de respect du copyright".

Dans un manifeste publié en avril 2012, RapidShare avait appelé les services d'hébergement de fichiers à s'engager collectivement à supprimer les comptes des utilisateurs uniquement suspectés de piratage, sans attendre de preuve. Il proposait aussi que les services s'accordent le droit d'inspecter le contenu des fichiers déposés sur leurs serveurs, en cas de suspicion de fraude. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés