Les supports de stockage actuels ont une durée de vie relativement limitée, de quelques années ou, dans le meilleur des cas, de quelques dizaines d'années. Afin de repousser ces limites, Hitachi a dévoilé un support de stockage en quartz pratiquement impérissable. Il est en outre particulièrement résistant, dans la mesure où il peut supporter de nombreux aléas sans broncher.

Comme tout support, les disques optiques tels les CD ou les DVD finissent tous par se dégrader au bout de quelques années (oxydation, rayures sur la surface…). C'est aussi le cas des disques durs (usure mécanique, choc affectant la tête de lecture ou les plateaux…) ou même les mémoires Flash. Si la durée de vie des supports de stockage varie selon leur entretien et de leurs matériaux, tous finissent par faillir. Tous ? Peut-être pas.

En effet, les scientifiques employés par la firme japonaise Hitachi ont peut-être trouvé une piste qui révolutionnera le stockage de données à long terme voire à très long terme. L'idée ? Graver dans une fine couche de quartz des données, sous une forme binaire avec des points. Selon le site Phys.org, les contenus peuvent ensuite être lus avec un microscope optique ordinaire.

Selon Hitachi, ces nouveaux supports de stockage peuvent endurer des conditions extrêmes de température, comme une température de 1000 degrés sans subir le moindre dégât. Il peut également résister aux micro-ondes, à l'eau et à de nombreux produits chimiques. Le support serait pratiquement impérissable. En tout cas, il dispose selon Hitachi d'une durée de vie bien supérieure que celle des autres supports.

Les dimensions de ce petit morceau de quartz sont également impressionnantes. Il mesure deux centimètres de côté et son épaisseur atteint deux millimètres. On ne peut pas dire que ce support soit particulièrement encombrant ! En revanche, sa capacité de stockage demeure son principal point faible. Il ne peut contenir que 40 Mo de données par carré de quartz.

Deux solutions sont pour l'heure envisagées, d'autant qu'elles peuvent se compléter : augmenter le nombre de couches de gravure par carré de quartz et augmenter le nombre de carrés de quartz par machine. À l'heure actuelle, chaque carré dispose de quatre couches de points. Une marge de manœuvre existe donc. Mais rien n'indique qu'une telle technologie sera un jour accessible au grand public.

Ce procédé de gravure n'est pas sans rappeler les recherches sur le disque centenaire (century disc), un support sur lequel l'information est directement gravée dans le verre grâce à un procédé de lithogravure. Comme le souligne 01 Net, il s'agit d'une solution qui offre une durée de vie bien meilleure aux contenus, en l'augmentant de plusieurs dizaines ou centaines d'années.

( photo : Phys.org )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés