Le commerce électronique a explosé ces dernières années. De nombreux sites de vente en ligne existent et les Français dépensent chaque année de plus en plus par le canal Internet. Rien de surprenant, puisqu'il permet souvent d'acheter moins cher. Mais tous les secteurs ne sont pas forcément touchés par cette pression à la baisse des prix.

Avec la démocratisation du net s'est développé le commerce électronique. Anecdotique il y a encore dix ans, la vente en ligne est une pratique désormais bien intégrée dans les habitudes des Français. Selon la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), 37,7 milliards d’euros ont été dépensés en ligne en 2011 sur plus de 100 000 sites marchands actifs. Surprenant ? Pas tant que cela.

L'Autorité de la concurrence vient en effet de livrer ses conclusions de l'enquête sectorielle sur le commerce en ligne. Sans grande surprise, il apparaît que le commerce en ligne permet de dénicher des prix inférieurs et des gammes plus étendues que la distribution traditionnelle, ce qui est avantage pour le consommateur. Mais ce constat ne se retrouve pas dans tous les secteurs de la vente en ligne.

Internet permet souvent d'acheter moins cher…

Dans le domaine de l'informatique et de l'électroménager, le canal Internet est en moyenne plus intéressant que le canal traditionnel pour l'achat d'un téléviseur écran plat (10,4 % moins cher), un caméscope (13,2 %), un appareil photo numérique (8,5 %), un lecteur DVD (11,3 %) un baladeur numérique (6,4 %), un lave-vaisselle (9,8 %), un four à micro-ondes (12,9 %) ou une imprimante multifonctions (10,6 %).

"De façon générale […], les prix en ligne, hors frais de livraison, sont inférieurs à ceux des magasins physiques", écrit l'Autorité de la concurrence. "Même en tenant compte des frais de livraison, acheter sur internet demeure fréquemment avantageux en termes de prix". Seul le cas de produits électroménagers volumineux peut réduire ou annuler cet avantage prix.

…Mais pas toujours

Dans les exemples précédents , les différences de prix sont flagrantes et justifient de faire un paiement depuis un site de e-commerce. En revanche, l'écart est autrement plus limité en ce qui concerne l'achat d'un lave-linge (4 %), un réfrigérateur (2,1 %) ou un ordinateur portable (1,1 %). Cela étant, le canal Internet permet quand même de réaliser quelques petites économies, même là où les prix sont pratiquement similaires.

Il existe néanmoins quelques secteurs où acheter sur Internet n'offre pas un avantage particulier. C'est le cas des parfums et produits cosmétiques de luxe. "Dans ce secteur en revanche, on ne constate pas de différence notable entre les prix relevés en ligne et hors ligne", remarque l'autorité.

Une pression constante sur les prix

Cette différence entre les prix en ligne et ceux affichés en magasin s'explique assez facilement. Les premiers sont globalement inférieurs aux seconds (en tout cas pour les secteurs de l'électroménager, de l'informatique et de la parapharmacie) parce que de nombreux sites web exercent une forte pression à la baisse sur les tarifications.

Places de marché, distributeurs "pure players" et comparateurs de prix sont autant d'acteurs contribuant à baisser la facture finale. Dans le cas des comparateurs par exemple, ils "favorisent une pression à la baisse sur les prix en permettant au consommateur de comparer plus facilement les prix des produits". Une comparaison beaucoup plus délicate à faire avec les boutiques traditionnelles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés