Les dispositifs pour lire des livres électroniques gagnent du terrain en France. Si les tablettes tactiles enregistrent de bonnes ventes, les liseuses électroniques ne devraient pas être en reste. L'institut GfK estime que plus de 300 000 de ces appareils seront vendus cette année.

2012, année du décollage du livre numérique en France ? D'après l'institut GfK qui a livré ses dernières prévisions de vente sur le sujet, plus de 300 000 liseuses à encre électronique devraient être écoulées avant décembre. À titre de comparaison, il s'est vendu 145 000 liseuses en 2011 et 27 000 l'année précédente. Et ces données ne comptabilisent pas les tablettes tactiles, qui sont aussi utilisés pour lire des e-books.

Conséquence de l'augmentation des ventes de liseuses électroniques, le volume de livres numériques vendus en France devrait également progresser très fortement cette année. Toujours selon l'institut GfK, plus de 1,1 million d'ouvrages ont été téléchargés légalement sur les boutiques en ligne comme Amazon, Google Play, Numilog ou la FNAC, générant un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros.

Pour 2012, le chiffre d'affaires du secteur devrait pratiquement doubler et atteindre 21 millions d'euros grâce à une croissance de 80 %. Les estimations à plus long terme montrent que le marché du livre numérique en France devrait peser 55 millions d'euros dans trois ans. Mais au-delà de ces perspectives favorables pour le monde de l'édition, certaines problématiques demeurent.

C'est en particulier le cas des verrous numériques, ou DRM. C'est incontestablement l'un des grands enjeux à venir avec la question du prix de vente, et la bataille promet d'être âpre. La toute-puissante société d'édition Hachette souhaite généraliser les mesures techniques de protection au nom de la lutte contre le piratage, au risque d'enchaîner les lecteurs et verrouiller leurs usages.

N'ont-ils donc tiré aucun enseignement des erreurs commises par l'industrie musicale ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés