Chaque samedi, Numerama vous propose de découvrir l'actualité du livre numérique de la semaine à travers une sélection d'articles de notre partenaire Actualitté. Une semaine qui aura été riche en rebondissements. Pas de sexe ni de pipe cette semaine, mais de sacrées couleuvres à avaler... avec ou sans assaisonnement...

Lundi : Le Syndicat national de l’édition accueillait à son siège une conférence de presse pour annoncer la fin des hostilités juridiques entre éditeurs et Google Livres. Depuis 2005, la société californienne avait numérisé à tout crin, des livres libres de droit… mais aussi protégés par le copyright. Un accord-cadre est désormais annoncé, qui régularisera les usages, pour les œuvres indisponibles… mais le micmac est complet, et les auteurs pas vraiment consultés…

Accord des éditeurs avec Google : ‘Un internet raisonné où chaque partie se comprend »

Mardi : Manifestement, les ambassadeurs américains sont gâtés : le Département d’État compte leur offrir des lecteurs ebook. Mais pour faire tourner le commerce du pays, il faut que l’acteur qui répondra à l’appel montre patte blanche. Sauf qu’en vertu des critères imposés, le seul qui soit à la hauteur répond au doux nom… d’Amazon. Pas vraiment de quoi faire sourire la concurrence.

Le Département d’État américain s’offrira 35000 Kindles

Mercredi : Être artiste permet de faire à peu près tout ce que l’on veut… y compris développer un bot chargé de collecter les commentaires publiés sur les vidéos YouTube, qui, une fois rassemblés, seront commercialisés sous la forme de livres numériques. Problème : ça n’a aucun sens, et ça vient grossir l’offre pléthorique du cybermarchand Amazon. Lequel n’a pas vraiment apprécié l’art comptant-pour-rien… et supprimé tout bonnement les ouvrages.

Vendre les commentaires de YouTube en ebook : l’art du cochon

Jeudi : Bonne nouvelle : Tomas Pynchon, qui n’est pas Gaulois, mais sacrément irréductible vient d’accepter que ses livres soient maintenant vendus en version numérique. Le bonhomme a d’ailleurs remercié son éditrice, pour tout le travail accompli, en lui envoyant… un fax. Manifestement, le minitel, il ne connaît toujours pas.

Tomas Pynchon cède sur le livre numérique

Vendredi : C’était la grande révolution annoncée par l’association des libraires indépendants au Royaume-Uni : parvenir à créer une véritable offre numérique qui introduise enfin les commerçants dans le monde de l’ebook. La présentation du 14 juin tant attendue est finalement arrivée : Anobii, réseau social, Kobo, fabricant de lecteurs ebook et Gardners, base de données, s’associent aux libraires indés…

La libraire indépendante du Royaume-Uni affronte l’ebook

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés