La onzième version de Firefox vient de sortir. Elle propose en particulier la synchronisation des extensions du navigateur et le rapatriement des informations contenues dans Google Chrome (favoris, historique, cookies...). Les développeurs pourront profiter de leur côté de la visualisation 3D des pages web, du supporter des CSS par l'éditeur de styles et de l'arrivée du protocole réseau SPDY. Firefox 11 corrige en outre huit vulnérabilités.

La publication très précise des nouvelles versions de Firefox suit son cours. Six semaines après la diffusion de la dixième mouture du navigateur web, la fondation Mozilla vient de mettre à disposition des internautes la dernière évolution de son logiciel fétiche. Firefox 11 est disponible au téléchargement et apporte avec lui quelques nouveautés et améliorations.

Dans les notes de mise à jour, on découvre un support avancé des réglages de Google Chrome afin de permettre aux internautes de passer plus facilement d’un navigateur à l’autre. Avec Firefox 11, il est désormais possible de migrer très simplement ses favoris, son historique et ses cookies. Une option qui vise surtout à faciliter le retour des anciens utilisateurs de Firefox passés à Chrome.

Firefox 11 permet désormais de synchroniser les extensions entre plusieurs ordinateurs rattachés à un même profil. Cette fonctionnalité s’avère particulièrement pratique pour les utilisateurs jonglant entre plusieurs machines (PC fixe, PC portable, ordinateur de bureau…) et qui sont las de devoir configurer manuellement chaque poste pour retrouver leur configuration habituelle.

En ce qui concerne les développeurs, Firefox 11 apporte comme toujours son lot de nouveautés. Signalons tout d’abord le support de la propriété CSS text-size-ajust ainsi que les modifications apportées aux contrôles pour le lecteur vidéo HTML5. Le navigateur supporte également la propriété outerHTML ainsi que le parseur HTML5 lors de la mise en évidence de la syntaxe.

L’éditeur de styles peut désormais gérer les feuilles de style, que les pages peuvent être visualisées en 3D grâce à la vue 3D de l’inspecteur de page, le protocole réseau SPDY conçu pour charger les pages plus rapidement est testable et le XMLHttpRequest supporte la décomposition analytique (parsing) HTML. Firefox 11 permet de stocker des fichiers dans l’IndexedDB et les Websockets ne sont plus préfixés.

Du côté des vulnérabilités, Firefox 11 a colmaté huit failles dont cinq ont été jugées critiques (les trois autres étant classées dans la catégorie « brèche modérée »). La fondation prévient toutefois que Firefox 11 contient cinq problèmes connus non encore résolus. L’un d’entre eux est toutefois résolu avec la douzième version de Firefox. Celle-ci devrait d’ailleurs arriver, selon le calendrier de Mozilla, le 24 avril.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés