Dans l'espoir de concurrencer Free Mobile, Sosh propose un forfait à moins de 10 euros par mois, qui offre uniquement 2 heures de communication, et l'accès à un internet limité aux seuls Facebook et Twitter.

Il y aura de neutralité du net que pour les plus fortunés, et autre chose pour les plus démunis. Orange, qui n’a pas décidé de faire de la neutralité des réseaux une valeur d’entreprise, a lancé ses nouveaux forfaits Sosh, pour tenter de faire concurrence à Free Mobile (voir notre comparatif des offres mobiles). Sosh propose à ceux que l’internet mobile n’intéresse pas de payer moins cher, pour n’avoir accès qu’à leurs services favoris.

La marque low-cost de l’opérateur historique propose une déclinaison de trois forfaits, dont un à 24,90 euros par mois pour le tout illimité (sauf P2P) avec un fair-use de 2 Go, et un autre à 14,90 euros pour 2 heures seulement de communication, et 1 Go de fair-use sur l’internet illimité (sauf P2P). Le troisième forfait est plus original, puisqu’il propose de ne payer que 9,99 euros par mois pour les mêmes 2 heures de communication, mais avec uniquement l’accès à Facebook et Twitter – et encore, il faut utiliser un mobile compatible avec l’application My Friends qui permet l’accès à ces services.

Si l’on peut éventuellement comprendre l’intérêt de Facebook en illimité, sans web (notez le « éventuellement »), on a cependant beaucoup de mal à comprendre à quoi peut servir Twitter sans Internet illimité. La plupart des messages sur Twitter sont composés de quelques mots et d’un lien qui permet d’en savoir plus. Twitter n’est pas qu’un tchat ouvert à tout le monde, comme semblent le croire les professionnels du marketing chez Orange. C’est avant tout un outil de diffusion de l’information, qui ne se contente pas de 140 caractères.

Ca n’est en tout cas pas la première fois que des opérateurs proposent ainsi un web limité à quelques applications. Nous avions déjà vu ça avec M6 Mobile (déjà pour Facebook et Twitter), ou avec Universal Mobile. D’où l’intérêt de défendre non pas seulement la neutralité d’Internet, qui n’est pas ici remise en cause (puisque ça n’est pas internet), mais plus largement la neutralité des réseaux. Un opérateur n’a pas à décider des applications qui peuvent être utilisées avec son réseau, comme EDF n’a pas à décider du type ou de la marque des appareils électro-ménagers que vous utilisez.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés