Free Mobile a séduit les Français. Selon un sondage effectué la semaine dernière, une très grande majorité est prête à passer chez le nouvel opérateur. Mais tous ne comptent pas le faire au même moment, d'autant que certains craignent que le prix très agressif de Free Mobile ne cache certaines concessions en matière de qualité de service.

Pouvait-il en être autrement ? En annonçant un forfait illimité à 19,99 euros par mois, Free Mobile a causé un véritable séisme dans la téléphonie mobile. Face au buzz incroyable qui s’en est suivi, tous les autres opérateurs du marché ont été obligés de faire évoluer leurs offres en catastrophe, afin d’éviter une hémorragie trop importante de clients. Cela suffira-t-il à retenir les abonnés ?

À en croire un sondage conduit par GfK, pas du tout. L’institut privé spécialisé dans les études de marché et l’audit marketing a conduit une enquête (.pdf), dans les jours qui ont suivi la conférence de Free Mobile, auprès d’un millier de Français de 18 ans et plus, représentatifs de la population. Il apparaît qu’environ 8 Français sur 10 (78 %) sont intéressés par les offres de Free Mobile.

À la question « pensez-vous souscrire à cette offre de Free Mobile« , 78 % des sondés ont répondu par l’affirmative, même si tous ne comptent pas migrer au même moment. Ainsi, seule une petite portion des Français interrogés par GfK (14 %) va s’abonner « immédiatement » chez Free Mobile, tandis qu’un quart du panel souhaite d’abord aller jusqu’au bout de l’engagement contracté auprès des opérateurs actuels.

De façon générale, c’est la prudence qui domine la réflexion des Français, puisque 39 % des sondés ont répondu « Oui, mais pas avant quelques mois, je préfère attendre de voir ce que l’offre de Free Mobile donne« . Pour ces clients, la raison l’importe sur la passion et ils préfèrent attendre que les premiers retours d’expérience émergent avant de prendre une décision définitive.

Conséquence de l’arrivée de Free Mobile sur le marché de la téléphonie, nombreux sont les Français à reconnaître que les opérateurs déjà installés « les ont pris pour des vachesà lait depuis des années« . C’est l’avis de 73 % des sondés, d’autant que les concurrents ont visiblement assez peu bronché lorsqu’ils ont eux aussi divisé par deux leurs forfaits low cost (Sosh, RED, B&You…).

En revanche, 27 % des Français interrogés par GfK craignent que le prix très bas de Free Mobile « réserve sans doute de mauvaises surprises » comme un service après vente de piètre qualité ou une qualité du réseau pas à la hauteur. Certains de ces défauts ont fait l’objet de critiques de la part de l’UFC-Que Choisir, alors que Xavier Niel a promis une excellente qualité réseau à ses clients.

Comme l’a remarqué Benjamin Ferran sur Twitter, les recherches contenant le mot-clé « résiliation » ont connu un pic historique la semaine dernière, plus élevé encore que lors de l’ajustement du taux de TVA qui a permis de quitter sans frais son opérateur pour aller chez un concurrent.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés