La dernière invitation envoyée par Apple aux journalistes les convie à un événement lié à l'éducation qui se tiendra à New York le 19 janvier prochain. Le choix de cette ville et les déclarations de Jobs dans sa biographie laissent penser que la présentation pourrait avoir un lien avec le marché des manuels scolaires.

Le fabricant de l’iPhone a fait partir des invitations aux journalistes leur demandant de se joindre à eux pour un événement lié à l’éduction qui se tiendra à New York le 19 janvier prochain. Comme à son habitude, Apple n’a pas donné plus de détails sur le contenu de cette conférence qui aura lieu au Solomon R. Guggenhein Museum.

D’après le journaliste Clayton Morris de la Fox, Apple avait prévu d’organiser cet événement en 2011, avant de décider de le reporter. Il pense également savoir que la firme parlera de son programme iTunes U qui permet d’accéder à de nombreux cours de prestigieuses écoles, en vidéo, via son logiciel et sa boutique de contenus.

Cnet rapporte que le choix de la ville de New York ne serait pas anodin. En effet, si la firme privilégie habituellement la Silicon Valley, les éditeurs de manuels scolaires sont souvent basés sur la côte Est des Etats-Unis. Cela peut également être une bonne indication sur le contenu de la présentation. De même, la biographie de Jobs publiée à la fin de l’année 2011 explique que le fondateur d’Apple s’intéressait fortement à ce marché.

« L’idée de Jobs était d’embaucher d’excellents auteurs de manuels pour en créer des versions numériques et les publier sur iPad » explique Walter Isaacson, l’auteur de la biographie qui indique également que des rencontres avec certains gros éditeurs de manuels avaient eu lieu.

Vers une évolution du marché ?

Le marché des manuels scolaires aux Etats-Unis est aujourd’hui estimé à 10 milliards de dollars, les prix des manuels étant fixés par les éditeurs. Ces derniers n’hésitent pas à les gonfler en sachant que les étudiants ne pourront pas choisir entre plusieurs éditions, les enseignants imposant leurs choix. De même, seules quelques compagnies sont présentes sur ce marché, freinant ainsi la concurrence.

Le marché de l’occasion est également très important, conséquence directe de ces prix très élevés. Pour ne pas passer à côté, les éditeurs ont adopté un système de codes identiques à ceux que l’on trouve sur les jeux vidéo. En effet, pour pouvoir effectuer une partie des exercices proposés sur leurs sites Internet, il faut utiliser un code fourni avec le manuel. Les propriétaires de manuels d’occasion doivent donc racheter un code s’ils veulent à leur tour faire ces exercices.

Enfin, les programmes de locations sont également très populaires et des entreprises comme Chegg, fondée par deux étudiants en 2007, sont aujourd’hui très rentables. Présent sur 7 000 campus américains, Chegg propose la location de manuels à distance et, depuis l’été 2011, un accès aux versions numériques des livres depuis son site Internet.

Avec des prévisions indiquant que la part du numérique dans le marché du manuel scolaire devrait atteindre les 18,8 % en 2014, Apple a beaucoup à y gagner. Mais saura-t-il proposer des prix rendant la revente inutile, dynamitant au passage le marché comme il l’avait fait pour la musique, proposera-t-il un modèle innovant ou se contentera-t-il de proposer des versions numérisées des manuels dans l’iBook Store ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés