Publié par Julien L., le Vendredi 18 Novembre 2011

Spotify perd plus de 200 labels indépendants

Le modèle économique des services de streaming est loin de satisfaire tout le monde, en particulier chez les représentants de la musique indépendante. Le distributeur STHoldings, qui représente 200 labels, a décidé de retirer son catalogue de quatre services de musique, dont Spotify. STHoldings estime que ces plates-formes affectent la vente de musique en ligne.

Considérés comme une alternative légale au piratage, les services de streaming audio sont encore loin de faire l'unanimité au sein de l'industrie du disque. Le modèle économique proposé par ces plates-formes de distribution en ligne ne serait pas suffisamment solide pour rémunérer les artistes et assurer un financement pérenne de la filière. C'est en tout cas ce que pense STHoldings.

Spécialisé dans la musique indépendante, le distributeur britannique a en effet décidé de retirer l'ensemble de son catalogue de Spotify. STHoldings, qui encadre plus de 200 labels, estime que la diffusion de la musique via le service suédois ne génère pas une entrée d'argent suffisante pour poursuivre l'aventure. STHoldings s'est également retiré de Napster, Rdio et Simfy.

"Bien que ces services offrent le moyen de diffuser notre musique auprès de millions d'auditeurs, nous craignons qu'ils ne cannibalisent les revenus des ventes issues des boutiques numériques traditionnelles" a expliqué le distributeur dans un communiqué. Pour appuyer son propos, STHoldings a cité l'étude conduite par NPD Group et Narm.

L'enquête montre que les services d'écoute comme Spotify affectent les ventes de musique en ligne au lieu de les favoriser. Par rapport à un autre internaute, un abonné à Spotify réduira significativement le nombre d'achat qu'il réalise sur les plates-formes légales. Et pour cause, l'abonné n'a plus intérêt à acheter un titre ou un album s'il peut le retrouver sur Spotify, en s'abonnant ou non.

"En tant que distributeur, nous devons faire ce qui est le mieux pour nos labels. La majorité d'entre eux ne veut plus voir leur musique sur de tels services. Ils ne génèrent que peu d'argent et ont un impact négatif sur les ventes. De plus, les labels ont le sentiement que leur musique perd de son originalité en étant exploitée comme une simple marchandise qui a peu ou pas du tout de valeur".

Le départ de STHoldings est-il le signe précurseur d'un mouvement plus large ? Difficile à dire pour le moment. Spotify n'a, pour l'heure, pas encore officiellement réagi. Du côté des labels gérés par STHoldings, seuls quatre d'entre eux souhaitent pour le moment rester au sein du service suédois.

Publié par Julien L., le 18 Novembre 2011 à 09h37
 
19
Commentaires à propos de «Spotify perd plus de 200 labels indépendants»
Inscrit le 10/06/2011
25 messages publiés
Il va falloir qu'un jour les maisons de disques prennent conscience que l'avenir ne sera plus la vente de disque...

Parfois je me demande si elles pensent aux artistes avant de penser à leur porte-monnaie (qui n'est jamais assez plein..)
Inscrit le 17/11/2011
23 messages publiés
"Le départ de STHoldings est-il le signe précurseur d'un mouvement plus large ? "

Ca me semble trivial.
[message édité par Alewinn le 18/11/2011 à 10:02 ]
Inscrit le 07/07/2010
340 messages publiés
les labels ont le sentiement que leur musique perd de son originalité en étant exploitée comme une simple marchandise qui a peu ou pas du tout de valeur

Et oui, ils se rendent compte qu'il y a autre chose dans notre vie que leur musique... Dramatique !!!
Hormis quelque fois, la musique est souvent réduite au rôle de fond sonore sympathique... En même temps, combien d'artistes lisent numérama ???
Tout est une question de centre d'intérêt, et ils ont du mal à voir qu'ils ne sont pas au centre...
Inscrit le 24/02/2006
5674 messages publiés
Combien d'artistes croient au père noël et pense qu'une personne peu débourser de l'argent sur des musiques qu'elles ne connaissent pas.
Ce que je ne connais pas ne me manque pas et ne pas l'avoir ne me gêne absolument pas.
Inscrit le 20/11/2004
2002 messages publiés
"De plus, les labels ont le sentiement"
Ah bon ? Meince !
Inscrit le 18/11/2011
1 messages publiés
En même temps, les chiffres démontrent que le modèle n'est pas viable pour les artistes :
Jon Hopkins, que je ne connais pas, à reçu 8£ pour 90 000 écoutes sur Spotify.
C'est évidemment bien insuffisant pour vivre.

Le modèle est génial pour l'utilisateur (j'en suis un abonné), mais ne semble pas pouvoir être pérenne.
Car si le téléchargement illégal baisse grâce à Spotify, les gens achètent encore moins de musique (pourquoi acheter quelque chose qui est disponible en libre écoute, avec un logiciel très pratique ?)

Pour la source > https://twitter.com/#!/Jon_Hopkins_
Inscrit le 24/02/2006
5674 messages publiés
Pernam69, le 18/11/2011 - 10:39

En même temps, les chiffres démontrent que le modèle n'est pas viable pour les artistes :
Jon Hopkins, que je ne connais pas, à reçu 8£ pour 90 000 écoutes sur Spotify.
C'est évidemment bien insuffisant pour vivre.

Le modèle est génial pour l'utilisateur (j'en suis un abonné), mais ne semble pas pouvoir être pérenne.
Car si le téléchargement illégal baisse grâce à Spotify, les gens achètent encore moins de musique (pourquoi acheter quelque chose qui est disponible en libre écoute, avec un logiciel très pratique ?)

Pour la source > https://twitter.com/#!/Jon_Hopkins_


Et combien aurait il gagné pour un passage unique à la radio ou il aurait eut plus de 90 000 auditeur et ou les auditeur n'auraient pas payés pour entendre le titre.

Le problème du streaming, c'est qu'en faisant payer les auditeurs, tu ne généré pas assez pour faire vivre les artistes bien que les montant soient bcp plus important que ceux générés par des passages radios; mais que tu pique trop dans les poches des auditeurs pour qu'ils leur reste suffisamment de quoi acheter leur musique (tout en plus leur donnant l'impression qu'ils ont déjà payés).

Si tu souhaite vivre du streaming, c'est comme pour la radio, il faut que le morceau soit matraqué réalisant l’équivalent de ce que l'on observe à la radio plusieurs milliard d'auditeurs cumulés. 90 000 auditeurs cumulés c'est ridicule comme chiffre et il est normal que le montant soit de même (c'est même pas un passage sur une radio associative de 3éme zone en pleine nuit).
Inscrit le 12/02/2005
43 messages publiés
Ah bah non, je risque pas d'aller payer un disque que je connais pas.
Si je veux écouter un album, je me charge de le trouver avant achat.
Donc pour moi, c'est soit : Spotify --< Je trouve --< J'aime --< J'achete sur Amazon.
Spotify --< Je ne trouve pas --< Je cherche sur MU, etc... --< J'écoute et "j'oublie" d'acheter car j'ai déjà les mp3...

Je serais partant pour payer plus cher mon abonnement Spotify si la qualité s'améliore =)
[message édité par Esod le 18/11/2011 à 10:43 ]
Inscrit le 11/03/2009
1585 messages publiés
On en revient toujours à la même chose : artistes vous voulez gagner de l'argent ? FAITES DES CONCERTS !!!
En gros faites comme tout le monde : BOSSEZ TOUT LES JOURS !

Y en sérieusement marre d'entendre la majorité des artistes penser qu'en produisant un album par an, on peut ensuite se reposer tranquillement sur ses lauriers en espérant voir l'argent tomber comme par magie.

Tout les gens se lèvent le matin, bossent, rentrent chez eux, dorment et rebelote le lendemain.
Inscrit le 20/09/2013
1 messages publiés
Jaloux ?
Savez-vous combien de temps il faut pour réaliser un album ? Et combien celui-ci coûte ?
Inscrit le 15/12/2009
83 messages publiés
Dans tout cela, il manque beaucoup de transparence...

Spotify ne dit pas clairement combien il reverse par écoute aux maisons de disques... et les maisons de disques ne disent pas combien elles reversent aux artistes.

Donc aujourd'hui, on ne sait pas si :

Spotify fait du dumping au niveau du tarif des abonnements par rapport à ce qu'il reverse, tout cela pour écraser toute concurrence.

Les maisons de disques reversent et comment elles les reversent, les minimums garantis astronomiques de Spotify.

Ce que les artistes estiment comme viable en terme de revenu par écoute.


Tout le monde sait plus ou moins que l'avenir est l'accès à un catalogue immense de musique dématérialisée, accessible de n'importe où et finalement, les gens seraient prets à payer pour cela si le service est de qualité.

Mais plutôt que d'envisager les progrès techniques comme une fabuleuse oportunité de repenser la filière, il semblerait que les acteurs en présence aient décidés de la jouer chasse gardée, rapports de forces, info/intox.

Je crois perso que la valeur générée lorsque l'on pense la musique comme une richesse serait bien plus importante que lorsqu'on l'envisage simplement comme une marchandise.
Inscrit le 06/06/2011
254 messages publiés
Pernam69, le 18/11/2011 - 10:39
En même temps, les chiffres démontrent que le modèle n'est pas viable pour les artistes :
Jon Hopkins, que je ne connais pas, à reçu 8£ pour 90 000 écoutes sur Spotify.
C'est évidemment bien insuffisant pour vivre.


Et combien a encaissé sa maison de disque ? Je suis persuadé que ce model est viable si on vire les intermédiaires inutiles.
Inscrit le 11/06/2010
412 messages publiés
Captain44800, le 18/11/2011 - 11:33
Pernam69, le 18/11/2011 - 10:39
En même temps, les chiffres démontrent que le modèle n'est pas viable pour les artistes :
Jon Hopkins, que je ne connais pas, à reçu 8£ pour 90 000 écoutes sur Spotify.
C'est évidemment bien insuffisant pour vivre.


Et combien a encaissé sa maison de disque ? Je suis persuadé que ce model est viable si on vire les intermédiaires inutiles.


Je serai curieux de connaître les chiffres moi aussi.
Inscrit le 30/03/2010
938 messages publiés
j'aime beaucoup ce passage :
"De plus, les labels ont le sentiement que leur musique perd de son originalité en étant exploitée comme une simple marchandise qui a peu ou pas du tout de valeur".

Il est clair que ce n'est pas le fait que ce soit exploité comme une simple marchandise qui les gênent, vu que c'est exactement leur fond de commerce.

Ce qui les gêne c'est avant tout le "peu de valeur" ...

En mettant un filtre anti langue de bois, on peut y lire "rien a battre que les artistes soient diffusés, ca nous rapporte pas assez de pognon donc on arrete" .

Je me demande ce qu'en pensent leurs artistes ... j'en fréquente un certain nombre, et les vrais artistes (pas les vedettes, la différence est importante) accordent plus d'importance au fait que leur art a une visibilité qu'a l'argent qu'ils en retirent (meme si c'est vrai que c'est mieux quand ca met de la nourriture dans une assiette et un toit au dessus de la tete)
Inscrit le 18/02/2009
521 messages publiés
Melpheos, le 18/11/2011 - 11:19
On en revient toujours à la même chose : artistes vous voulez gagner de l'argent ? FAITES DES CONCERTS !!!
En gros faites comme tout le monde : BOSSEZ TOUT LES JOURS !

Y en sérieusement marre d'entendre la majorité des artistes penser qu'en produisant un album par an, on peut ensuite se reposer tranquillement sur ses lauriers en espérant voir l'argent tomber comme par magie.

Tout les gens se lèvent le matin, bossent, rentrent chez eux, dorment et rebelote le lendemain.



+200000000
Inscrit le 10/07/2009
223 messages publiés
Nhorack, le 18/11/2011 - 11:37
Captain44800, le 18/11/2011 - 11:33
Pernam69, le 18/11/2011 - 10:39
En même temps, les chiffres démontrent que le modèle n'est pas viable pour les artistes :
Jon Hopkins, que je ne connais pas, à reçu 8£ pour 90 000 écoutes sur Spotify.
C'est évidemment bien insuffisant pour vivre.


Et combien a encaissé sa maison de disque ? Je suis persuadé que ce model est viable si on vire les intermédiaires inutiles.


Je serai curieux de connaître les chiffres moi aussi.


Pour avoir bossé dans une maison d'édition litérraire, je sais qu''à l'époque (années 90) la part pour l'écrivain était de plus ou moins 10% du prix de vente d'un livre en fonction de sa notoriété.
Le libraire prenait 50% et la maison d'édition 40%.
Ce qui revient à dire que l'on jetais un os en récompense à celui qui avait tout créé.
Pour les disques je sais qu'à l'époque c'était la même chose.

Par contre pour les MP3, je suis beaucoup moins sur des chiffres que je vais avancer, mais il me semble que suite à un procès gagné par Eminem, c'est maintenant du 50-50 entre la maison de disque et l'auteur. Ce qui donnerait donc 25% du prix total d'un MP3 vendu sur Itunes pour l'auteur et 25% pour les parasites (Itunes empochant, il me semble, 50% du prix de vente).
Inscrit le 18/11/2011
1 messages publiés
Melpheos, le 18/11/2011 - 11:19
On en revient toujours à la même chose : artistes vous voulez gagner de l'argent ? FAITES DES CONCERTS !!!
En gros faites comme tout le monde : BOSSEZ TOUT LES JOURS !

Y en sérieusement marre d'entendre la majorité des artistes penser qu'en produisant un album par an, on peut ensuite se reposer tranquillement sur ses lauriers en espérant voir l'argent tomber comme par magie.

Tout les gens se lèvent le matin, bossent, rentrent chez eux, dorment et rebelote le lendemain.



+200000000


Sais-tu comment la musique est-elle produite ? Penses-tu sincèrement que l'on peut comparer un travail de bureau ou manuel, et un travail d'un artiste, qui demande plusieurs mois avant de finaliser un album ? Qui le paye quand il compose sa musique ?

Quand est-il de la musique électronique ? Un simple bedroom DJ n'a t-il pas le droit d'espérer récolter quelques monnaies en échange de sa passion ?

Y-a t-il seulement de la place pour les artistes des grosses majors, qui ont logiquement plus de moyens pour obtenir les salles de concerts ?

Bref, à bon entendeur...
Inscrit le 18/06/2011
871 messages publiés
Les maisons de disque ont simplement du mal a accepter qu'on puisse écouter leurs musique gratuitement

_Oh mon dieu mais c'est quoi cette horreur! On peut écouter notre musique, que nous avons nous même volés au artiste GRATUITEMENT sur internet!
Il faut tuer internet pour que cela cesse! Les gens reviendrons aux vrai valeurs de la musique!
_Mais monsieur internet est trop grand, on ne peut pas l'empecher!
_Il faut une solution! Que pouvons-nous faire?!
_Et bien revenir sur notre accord avec ces sites et retirer notre catalogue.
_Très bien Faites ça immédiatement!!
Inscrit le 07/01/2009
116 messages publiés
Certaines personnes achètent encore de la musique ?? sérieusement ??
En tout cas, c'est pas mon cas, et c'est vraiment regrettable que Spotify perdent ces artistes.

Les ayants droits on vraiment un train de retard parfois ... les jeunes (dont je fait partit) sont né (enfin sont très habitué) au numérique et ne sont plus du tout dans la logique d'acheter de la musique.
Personnellement j'écoute la radio et je ne paye pas, le service est financé par la pub, sauf que la radio "classique" ne diffuse pas vraiment la musique que j'écoute alors je me tourne naturellement sur le web et j'utilise spotify avec mes propres playlists et le plus fort, c'est que je paye un abonnement pour utiliser spotify !

La radio c'est gratuit et on a pas le choix, spotify c'est payant(enfin dans mon cas) et l'offre se réduit ... LA BLAGUE !

Les majors sont vraiment c** quand ils s'y mettent !
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Novembre 2011
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11