Ralph Baer, considéré comme le père des jeux vidéo, a fait part de sa déception sur l'état de l'industrie vidéoludique. Selon lui, les jeux vidéo sont devenus globalement violents. Des propos qui surviennent au moment où Battlefield 3 et Call of Duty : Modern Warfare 3 arrivent sur le marché et sont promis à une excellente carrière commerciale.

Entre la présentation du trailer de Grand Theft Auto V, la sortie récente de Battlefield 3 et Call of Duty : Modern Warfare 3 et l’annonce de l’arrivée prochaine de Assassin’s Creed : Revelations, l’actualité vidéoludique de ces derniers jours est relativement chargée. Pas de quoi pour autant inquiéter les développeurs et éditeurs. Ces jeux vidéo feront sans aucun doute un carton auprès des joueurs puisqu’ils appartiennent à des séries qui sont devenues réputées avec le temps.

Si le succès commercial de ces divers titres est certain, quelques voix se sont élevées au fil du temps pour dénoncer la multiplication des jeux vidéo violents dans les rayons. Il y a par exemple l’association Familles de France, qui s’intéresse en particulier aux liens entre dépendance et jeu vidéo, ou certaines personnalités politiques, comme Nadine Morano qui, en tant que secrétaire d’État en charge de la famille, voit dans les jeux vidéo violents un facteur favorisant « l’ultra-violence ».

Si ces associations et ces personnalités politiques sont régulièrement amenées à s’exprimer sur la propagation de la violence à travers les jeux vidéo, il est plus rare d’entendre des critiques émanant d’individus ayant œuvré pour le jeu vidéo. C’est pourtant à cet exercice que s’est livré Ralph Baer, inventeur allemand et considéré comme le « père des jeux vidéo ».

Lors d’un entretien accordé à The Salt Lake Tribune, Ralph Baer s’est dit fier d’avoir apporté sa contribution à l’essor de toute une industrie. Cependant, s’il est ravi de constater que le jeu vidéo a su s’imposer comme un moyen de divertissement, il regrette que les jeux vidéo soient devenus globalement violents. « Je pense que c’est une honte » a-t-il glissé. « Ce que j’ai créé est devenu abominable. Vous pouvez voir la même chose dans la musique, la littérature, l’art – n’importe quelle forme d’art« .

À la différence de Familles de France ou de Nadine Morano, Ralph Baer ne s’intéresse pas tant à l’impact supposé des jeux vidéo sur le comportement des joueurs, mais plutôt à l’évolution générale de l’industrie du jeu vidéo. Les jeux cités précédemment ne sont en effet pas célèbres pour leur mesure et leur retenue. Il s’agit de course-poursuite, de guerre, de tir subjectif et d’infiltration.

Cette évolution du jeu vidéo a conduit par le passé à de multiples tentatives de régulation, voire d’interdiction, en France ou en Europe, des jeux vidéo violents. Aujourd’hui encore, des réflexions sur une formation spécifique des parents est à l’étude, afin que ces derniers encadrent avec plus d’efficacité leurs enfants lorsqu’ils jouent aux jeux vidéo.

Plusieurs études ont pourtant souligné que la violence diffusée à travers les jeux vidéo n’avait pas d’effet négatif sur les joueurs. C’est le cas de travaux menés en 2007 et l’année dernière (ici et ). En fait, certaines enquêtes montrent même que la mort dans les jeux vidéo a une fonction cathartique. Une opinion partagée par l’un des principaux représentants du bouddhisme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés