Troisième bouddhiste le plus important dans la hiérarchie des Lamas, le Karmapa Lama revendique le fait de jouer à des jeux vidéo de guerre pour mieux gérer ses émotions et chasser ses sentiments négatifs. Un enseignement que devrait écouter Familles de France.

Ceux qui voient dans le bouddhisme une vie terne de méditation solitaire et éloignée des technologies modernes auront des surprises. Ogyen Trinley Dorje, la dix-septième incarnation du Karmapa Lama, est une figure très importante du bouddhisme, qui bouscule les idées reçues et suscite de grands espoirs de modernité pour les Tibétains. Né en 1985, le jeune moine de 24 ans est en troisième position dans le hiérarchie des Lamas derrière le Dalaï Lama et le Panchem Lama, ce qui ne l’empêche pas de jouer à la Playstation, y compris à des jeux de guerre. Paradoxal pour un moine bouddhiste ?

« Et bien, je vois les jeux vidéo comme quelque chose proche d’une thérapie émotionnelle, un niveau terrestre de thérapie émotionnelle pour moi« , a confié le Karmapa Lama au Times of India. « Nous avons tous des émotions, que nous soyons ou pas des bouddhistes pratiquants, chacun d’entre nous a des émotions, des émotions de joie, des émotions de tristesse, des émotions d’insatisfaction, et nous devons trouver un moyen de les gérer quand elles se manifestent« .

« Alors, pour moi parfois cela peut être un soulagement, une sorte de décompression de jouer tout simplement aux jeux vidéo. Si j’ai des pensées négatives ou des sentiments négatifs, les jeux vidéo sont une manière parmi d’autres de relâcher cette énergie dans le contexte de l’illusion du jeu. Je me sens mieux après« .

« L’agression qui se déroule dans un jeu vidéo assouvit le désir que je pourrais avoir d’exprimer ce sentiment. Pour moi, c’est très habile, car quand je fais cela, je n’ai pas besoin de sortir frapper quelqu’un sur la tête« .

A méditer (ahem…) la prochaine fois qu’une association familiale, un député ou même l’Europe propose d’interdire les jeux vidéo violents. La fonction cathartique du jeu a déjà été évoquée de nombreuses fois, et elle est désormais reconnue par une figure importante du bouddhisme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés