La commercialisation de l'iPhone 4S dans 22 nouveaux pays à partir de vendredi ne devrait pas souffrir de la moindre perturbation. En Italie, Samsung n'a pas réussi en tout cas à bloquer le dernier smartphone conçu par Apple. Le fabricant asiatique voulait obtenir l'interdiction à la vente du téléphone, affirmant que deux brevets lui appartenant ont été enfreints.

Pas de répit sur le front de la guerre des brevets. Tandis que Samsung et Apple et se livrent une bataille sans merci dans une dizaine de pays différents, un tribunal italien a rendu un jugement dans l’un des litiges qui oppose les deux sociétés. Les juges milanais ont rejeté ce mercredi la plainte du constructeur sud-coréen. Ce dernier tentait d’obtenir l’interdiction de l’iPhone 4S en Italie.

Pour appuyer sa demande, Samsung a expliqué que son rival américain a enfreint deux de ses brevets avec son nouvel appareil. En conséquence, Samsung a réclamé la suspension à titre conservatoire de la commercialisation du dernier-né de la famille iPhone. Apple prévoit en effet de fournir l’iPhone 4S à vingt-deux nouveaux pays, dont l’Italie, à partir du 28 octobre.

C’est un nouvel échec pour Samsung, face à un Apple triomphant devant les tribunaux. La firme de Cupertino a en effet remporté plusieurs victoires judiciaires importantes, lui permettant d’entraver la vente des tablettes Galaxy Tab et des smartphones Galaxy S dans différents pays. Les deux entreprises s’accusent mutuellement de se copier et de reprendre des technologies brevetées.

Apple n’est toutefois pas encore tiré d’affaire en Italie. Une nouvelle audience sur le fond est programmée le 16 décembre. Le temps pour les deux parties d’affuter leurs armes pour le deuxième round.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés