Prudence est mère de sûreté. Dans son homélie, le pape Benoît XVI a invité dimanche ses fidèles à prendre garde à la technologie. Si le progrès a amené des choses formidables à l'homme, le souverain pontife a prévenu ceux qui pensent pouvoir remplacer le divin par la technologie.

Le progrès technologique est à considérer avec prudence, voire avec méfiance. C’est le message qu’a voulu faire passer Benoît XVI lors de la fête du dimanche des Rameaux, au Vatican. Dans son discours, le souverain pontife a mis en garde les croyants qui se bercent d’illusions avec les avancées scientifiques. Ceux qui croient que la technologie peut remplacer le divin paieront le prix de leur arrogance.

« Depuis toujours, les hommes ont été remplis – et aujourd’hui ils le sont plus que jamais – du désir d’être comme Dieu, d’atteindre eux-mêmes la hauteur de Dieu. Dans toutes les inventions de l’esprit humain, on cherche, en fin de compte, à obtenir des ailes pour pouvoir s’élever à la hauteur de l’Être, pour devenir indépendants, totalement libres, comme Dieu l’est » a-t-il déclaré ce dimanche.

« Nombreuses sont les choses que l’humanité a pu réaliser : nous sommes capables de voler. Nous pouvons nous voir, nous écouter et nous parler d’un bout à l’autre du monde. Les possibilités du mal ont aussi augmenté et se présentent comme des tempêtes menaçantes au-dessus de l’histoire. Nos limites aussi sont restées : il suffit de penser aux catastrophes qui, ces derniers mois, ont affligé et continuent d’affliger l’humanité » a-t-il poursuivi.

Le souverain pontife a visiblement fait référence en filigrane à la terrible catastrophe qui a frappé le Japon le mois dernier. Suite au séisme et au tsunami du 11 mars, plusieurs centrales nucléaires japonaises ont été fragilisées. Mais c’est l’installation de Fukushima qui suscite le plus d’inquiétudes. En effet, le système de refroidissement étant endommagé, il est très difficile d’éviter une fusion partielle du cœur du réacteur.

Ce n’est pas la première fois que Benoît XVI évoque la technologie comme une menace potentielle pour l’homme. Depuis le début de son pontificat, le pape a mis en garde à plusieurs reprises les fidèles face aux sirènes du progrès technique. En 2005, année de son entrée en fonction, il a fait part de son inquiétude de voir l’homme « être victime des succès de son intelligence« .

Il y a deux ans, Benoît XVI avait souligné le risque de substituer « le vrai et le faux« , de « confondre le réel et le virtuel« . Là encore, le souverain pontife avait épinglé les nouvelles technologies. L’an dernier, il avait orienté son propos pour parler plus spécifiquement d’Internet. Pour le pape, le réseau des réseaux risque de plonger de nombreux jeunes dans un « sentiment de solitude et de désorientation« .

La prudence papale envers la technologie ne signifie pas pour autant que l’église catholique est condamnée à s’en détourner. L’église a montré à plusieurs reprises son intérêt pour certaines avancées lui permettant d’être plus proche de ses ouailles, comme le site web Pop 2 You. Lors de la journée mondiale de la jeunesse à Sydney, en 2008, des milliers de SMS contenant des messages spirituels furent ainsi envoyés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés