La dernière mise à jour d'Android destinée aux Nexus S va empêcher la synchronisation des contacts Facebook avec le carnet d'adresses présent dans le téléphone. Google veut pousser le réseau social à jouer le jeu de la portabilité des données. Le géant américain estime que Facebook ne joue pas le jeu de l'ouverture des données.

Le bras de fer qui s’est engagé en novembre entre Google et Facebook est en train de prendre un tour nouveau. Alors que les tensions entre les deux géants se limitaient jusqu’à présent à l’import automatique des contacts, un communiqué relayé par Techcrunch montre que la firme de Mountain View a décidé d’accroître la pression sur le réseau social, en bloquant certaines fonctionnalités.

La dernière mise à jour d’Android 2.3 (Gingerbread), le système d’exploitation mobile de Google, empêche désormais les utilisateurs des smartphones Nexus S de synchroniser leur carnet d’adresses Facebook avec les contacts présents dans le téléphone. Cette mesure vise clairement à sanctionner le site communautaire, qui ne joue pas le jeu de la portabilité des données.

« Nous croyons qu’il est très important que les utilisateurs soient capables de contrôleur leurs données. Ainsi, dans la dernière mise à jour pour le Nexus S, il y a un petit changement sur la façon dont les contacts Facebook apparaissent sur l’appareil. Pour les utilisateurs du Nexus S qui ont téléchargé l’application Facebook sur l’Android Market, les contacts Facebook n’apparaîtront plus comme intégrés à l’application Android Contacts« .

Google reproche à Facebook de ne pas lui permettre d’importer véritablement les données présentes sur le site communautaire. Si les utilisateurs d’un mobile sous Android peuvent accéder aux informations du réseau social depuis leur carnet d’adresses, celles-ci ne sont en réalité pas enregistrées dans l’appareil. Pour le géant américain, il s’agit d’une fausse impression de portabilité.

« Nous continuons de penser que la réciprocité (si l’information peut être importée dans un service, elle devrait aussi être exportable) est un pas en avant important pour créer un monde réel de libération des données – et nous encourageons les autres sites web et développeurs à laisser les utilisateurs exporter leurs contacts à leur guise » a poursuivi Google.

Pour l’instant, la décision de Google semble se limiter aux seuls téléphones de la gamme Nexus. Néanmoins, il n’est pas impossible d’imaginer une extension de cette sanction à l’ensemble des mobiles fonctionnant sous Android. Par ailleurs, Google pourrait également prendre des dispositions similaires pour d’autres services en sa possession.

L’enjeu est de taille pour Google comme pour Facebook. Si le réseau social a toujours eu comme stratégie de négocier son export de contacts à travers différents partenariats (Microsoft et Yahoo par exemple), Google veut avant tout exploiter les données du site communautaire sur le principe de réciprocité.

En novembre dernier, Facebook avait trouvé une parade astucieuse aux sanctions prises par Google. Le site communautaire invitait ses membres souhaitant importer des contacts Gmail d’utiliser le format CSV. Si cela oblige l’utilisateur à faire quelques démarches supplémentaires, cela a surtout permis au réseau social de ne pas plier face aux réclamations de la firme de Mountain View.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés