Le Château de Versailles va accueillir pendant six mois un contributeur à temps plein de Wikipedia et du fonds Wikimedia Commons, pour enrichir les contenus culturels et scientifiques mis librement à la disposition du public sur Internet. Une première qui pourrait en appeler d'autres.

Présidé par l’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, l’Etablissement public du château de Versailles a signé lundi un partenariat avec l’association Wikimedia France. Il vise à « permettre une plus large diffusion des richesses historiques, architecturales et artistiques du château et du domaine de Versailles« , en enrichissant l’encyclopédie Wikipedia et le fonds Wikimedia Commons.

En soit, l’encyclopédie étant ouverte à qui souhaite la modifier et la compléter, aucun accord préalable n’était nécessaire. Mais le partenariat a pour objet d’offrir à un membre de l’association, Benoît Evellin, l’opportunité de travailler et séjourner au sein-même du Château de Versailles, pendant six mois. Spécialiste de la médiation culturelle, il aura pour tâche de faciliter les échanges entre les contributeurs de Wikipedia et les équipes du Château, et de « mettre en place des canaux efficaces de diffusion des contenus culturels et scientifiques » dans plusieurs langues. Wikimedia Commons, qui abrite essentiellement des photographies et des vidéos sous licence libre, devrait aussi bénéficier de l’accord.

« Wikipédia est une source d’information majeure sur le château de Versailles, diffusée dans le monde entier. Certains conservateurs et scientifiques de l’Etablissement y contribuent déjà de façon spontanée pour enrichir certaines notices« , se félicite Jean-Jacques Aillagon. « L’objectif de cette résidence est de nous permettre d’aller plus loin et de poursuivre notre réflexion sur le partage le plus large possible du patrimoine de Versailles« .

De son côté, Wikimedia France explique qu’il s’agit de l’un des « premiers fruits visibles d’une nouvelle manière de voir la culture et sa libre diffusion à l’ère d’Internet« . C’est aussi, ce qu’ils ne disent pas frontalement, un projet dont la mise en œuvre est opposée à celle de Google Art Project, qui n’autorise pas la réutilisation des œuvres numérisées et des notices explicatives. Adrienne Alix, la présidente de Wikimédia France, avait fortement critiqué le modèle de Google, qu’elle juge contraire à l’intérêt de la culture libre.

(illustration : Wally Gobetz, licence CC by-nc-nd)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés