Bing et Facebook ont annoncé un partenariat dans la recherche web. Le moteur de recherche de Microsoft pourra retourner des résultats personnalisés en s'appuyant sur les indications sociales des contacts d'un membre du réseau social.

Serait-ce le signe que les deux sociétés ne poursuivent pas le même objectif en matière de recherche sur Internet ? Alors que Google manifeste un intérêt certain pour la recherche locale, avec le changement de poste récent et inattendu de Marissa Mayer, Microsoft s’intéresse davantage à la recherche sociale. Et l’accord conclu hier avec Facebook vient confirmer cette tendance.

Désormais, Bing pourra retourner des résultats en s’appuyant sur des indications sociales générées par les membres de Facebook. Concrètement, cela signifie que le moteur de recherche va exploiter les pages web et les contenus appréciés par les utilisateurs. En effet, de nombreux sites arborent un bouton « J’aime » qui permet aux internautes inscrits sur Facebook de signaler leur intérêt via une notification envoyée sur leur flux d’activité.

Pour Facebook, ce partenariat avec Bing devrait offrir des résultats beaucoup plus précis, personnalisés et utiles. En effet, le réseau social estime que les personnes accordent beaucoup d’importance à l’avis de leurs proches. En tout cas, ils leur font davantage confiance qu’à une campagne marketing, aussi originale soit-elle. À supposer bien sûr que les internautes jouent le jeu.

« Vos amis ont aimé beaucoup de choses sur le web, et maintenant, au lieu de tomber par hasard sur un nouveau film ou regarder le profil d’un ami pour savoir quels restaurants il aime, nous avons tout regroupé dans un seul endroit » a expliqué Bret Taylor sur le blog du réseau social. Une requête sur un individu délivrera également plus d’informations, comme le nombre d’amis en commun par exemple.

La mise en place de cet accord se fera progressivement. Facebook indique que les informations personnelles et privées ne seront pas visibles sur Bing. Par ailleurs, seuls les utilisateurs majeurs (plus de 18 ans) pourront profiter de ce service. Enfin, il faudra que l’utilisateur accepte d’associer son profil Facebook à son compte Bing. Autant de dispositifs visant à anticiper toute polémique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés