L'iOS et Android suffiraient-ils à couvrir tous les besoins des mobinautes ? C'est ce qu'a visiblement laissé entendre Andy Rubin, le responsable en charge du développement de l'O.S. mobile Android, à propos de Windows Phone 7. Des propos qui surviennent après une série de critiques de la part de Microsoft.

L’offre dans le domaine des plates-formes mobiles devrait-elle se limiter à un simple duopole entre Google et Apple ? À en croire Andy Rubin, en charge du développement du système d’exploitation Android, il n’est pas vraiment nécessaire de voir émerger une pléthore d’alternatives à l’O.S. de Google ou à l’iOS. Comme si le modèle fermé proposé par Apple et le modèle ouvert soutenu par Google pouvaient suffire à satisfaire l’ensemble de la clientèle mobile.

Cette semaine, à l’occasion de l’International CTIA Wireless IT&E, PC Mag a eu l’opportunité de s’entretenir avec Andy Rubin. Si différents sujets ont été évoqués au cours de l’interview, comme les nombreuses versions d’Android disponibles sur le marché ou la future mise à jour 3.0 du système d’exploitation, la discussion a également abordé le lancement prochain de Windows Phone7. Une arrivée que semble ne pas bien comprendre Andy Rubin.

Interrogé sur les impressions de Google de voir un nouveau concurrent arriver sur le marché des plates-formes mobiles, le responsable du développement d’Android a marqué sa circonspection. « Je pense que les captures d’écran que j’ai vu sont intéressantes, mais regardez, le monde n’a pas besoin d’une autre plate-forme. Android est libre et ouvert. Je pense que la seule raison vous poussant à créer une autre plate-forme est politique » a-t-il estimé.

« J’encourage tout le monde à l’utiliser (Android, ndlr), et je n’ai pas non plus le sentiment que tout le monde va le faire, ce qui est une bonne chose, parce que la compétition est bonne pour le consommateur » a-t-il expliqué, avant de poursuivre que « si quelqu’un imagine une fonctionnalité pour une plate-forme et qu’Android le ne fait pas, tant mieux. Je pense que c’est une bien d’avoir le bénéfice du choix« .

Conforté par la popularité d’Android, il n’est pas surprenant de voir Andy Rubin prêcher pour sa paroisse. Néanmoins, il est moins courant de l’entendre remettre en question l’intérêt d’avoir un concurrent supplémentaire sur le marché des systèmes d’exploitation mobiles. Peut-être que les récentes piques de Microsoft à l’encontre d’Android ont convaincu Andy Rubin d’être plus loquace.

En mai dernier, Steve Ballmer avait critiqué le concept d’Android dans les colonnes du magazine Fortune. Plus récemment, ce fut au tour du directeur de la division Mobile Communications Business chez Microsoft de tacler le modèle libre du système d’exploitation. La semaine dernière, le géant américain a même déposé une plainte contre Motorola, au motif que l’utilisation d’Android violerait certains des brevets détenus par Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés