Le secrétaire général de l'Hadopi, Eric Walter, a démenti vendredi matin les rumeurs selon lesquelles Hadopi.fr aurait été lancé dans la nuit, et serait aussitôt tombé sous le poids d'attaques DDOS.

Mise à jour : La Haute Autorité nous a confirmé ne pas avoir ouvert le site Internet officiel Hadopi.fr. Elle nous a par ailleurs laissé entendre qu’elle n’était pas victime d’une attaque DDOS, mais qu’elle avait constaté « un intérêt manifeste pour nos serveurs« . Sans doute une ou plusieurs tentatives d’intrusions, mais elle n’a pas souhaité s’exprimer davantage. Le site doit en principe être lancé en début de semaine prochaine, mais il pourrait subir un retard.

Alors que les rumeurs d’une attaque DDOS sur le nom de domaine Hadopi.fr se sont répandues comme une traînée de poudre ce vendredi matin, notamment sur Twitter, le secrétaire général de l’Hadopi a tenu à démentir personnellement l’information. « Hadopi.fr n’a pas été lancé cette nuit« , a répété plusieurs fois Eric Walter. « Il n’est pas lancé, on l’a dit, comme on a dit qu’on annoncerait le lancement. Ce qu’on n’a pas encore fait. CQFD« , écrit-il.

Toutefois il ne dément pas explicitement l’attaque DDOS en tant que telle, qui peut viser le nom de domaine et le serveur provisoire d’hébergement. Puisqu’il avait été indiqué dans un premier temps que le site serait lancé ce vendredi, il n’y aurait rien de surprenant à ce que des attaques de déni de service aient été programmées pour empêcher son lancement tout au long de la journée. Alors qu’il demandait auparavant un mot de passe, le site Hadopi.fr est tout simplement inaccessible depuis plusieurs heures.

Mercredi, Numerama avait indiqué que le site Hadopi.fr serait en fait lancé en début de semaine prochaine, à peu près au moment où devraient être envoyés les premiers e-mails. Il n’est cependant pas exclu que le site soit encore retardé, ce qui compliquerait cependant l’information sur l’envoi des premiers messages.

Même si son maintient en ligne est souhaité, Hadopi.fr ne sera pas en tout cas protégé contre les attaques DDOS, l’Hadopi n’ayant pas voulu agiter le chiffon rouge et dépenser une fortune en contre-mesures qui s’avèreraient de toute façon inefficaces. Une attaque de grande ampleur est déjà programmée le 5 novembre prochain par les membres Anonymous de la communauté 4Chan, mais en France le Parti Pirate a appelé jeudi à ne pas s’y associer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés