Une certaine confusion a régné suite à la toute dernière version de µTorrent 3.0. L'une des nouvelles options laissait entendre que les utilisateurs pouvaient désormais échanger anonymement des fichiers sur BitTorrent. Un responsable du logiciel a néanmoins expliqué que la formulation était imprécise et qu'elle sera changée dans une prochaine mise à jour.

La toute dernière version de µTorrent 3.0 permet-elle aux utilisateurs de cacher leur adresse IP ? Depuis quelques jours, la communauté BitTorrent bruisse autour d’une fonctionnalité récemment ajoutée à la version alpha du logiciel (estampillée 21340) , publiée le 18 août dernier.

En plus des traditionnels correctifs et changements, l’équipe de développement explique dans les notes de mises à jour avoir « ajouté des options dédiées à la vie privée dans les réglages de BitTorrent« . L’une d’entre elles, accessible dans les préférences du logiciel à l’onglet BitTorrent, se présente ainsi : « ne pas partager votre adresse IP avec les pairs« .

Il n’en fallait pas moins pour que de nombreux utilisateurs de µTorrent croient à l’implémentation d’une fonctionnalité capable de transférer anonymement des fichiers .torrent sur les réseaux peer-to-peer. Or, c’est loin d’être le cas. L’adresse IP reste bien visible aux autres utilisateurs malgré l’activation de cette option. Une information confirmée par Simon Morris, l’un des responsables du logiciel, à Torrentfreak.

« Cette option vise à simplifier les paramètres de confidentialité dans certains cas précis. Je reconnais que l’intitulé de cette option n’est pas formulé correctement – nous allons probablement le clarifier prochainement » a-t-il déclaré. µTorrent 3.0 n’est donc pas prêt d’offrir l’anonymat à ses utilisateurs.

L’enjeu de l’anonymat va rapidement prendre de l’importance dans les semaines et les mois à venir, notamment en France. En effet, depuis que la Haute Autorité a commencé à recevoir les premières saisines des ayants droit, les internautes férus de téléchargement vont vouloir chercher de nouvelles solutions pour passer entre les mailles du filet.

Si certains sont encore fidèles au peer-to-peer, d’autres se tournent vers les hébergeurs professionnels comme RapidShare ou MegaUpload. Par ailleurs, l’attrait du VPN chez les internautes risque d’exploser dans les prochaines semaines. Cette solution a l’avantage de faire transiter la connexion via un serveur mandataire (proxy) situé à l’étranger, à travers un canal chiffré et doté d’une autre adresse IP.

Cliquez sur l’image pour la voir en gros plan :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés