Mise à jour – comme le souligne l’un de nos lecteurs, l’opération est pour l’instant limitée dans le temps. À Publishers Weekly, le directeur de la rédaction de Dorchester Publishing a avoué que ce passage au tout numérique durera six mois.

« C’est exact, Dorchester passe au numérique, mais juste pour les six prochains mois » a déclaré Leah Hultenschmidt. Selon des sources anonymes évoquées par Publishers Weekly, ce recul a été causé par les doutes de quelques professionnels du secteur sur la santé de la société d’édition.

Article du 14 août – C’est un pari pour le moins risqué. Alors que la plupart des sociétés d’éditions essaient de conjuguer la publication classique sur papier avec la vente d’ouvrages sous format numérique, Dorchester Publishing a choisi de passer au tout numérique. Une décision courageuse, à l’heure où le marché du livre électronique est en train d’émerger.

Selon le Wall Street Journal, les ventes de Dorchester Publishing se sont effondrées de 25 % l’année dernière. Une baisse brutale, notamment causée par la crise économique qui a durement frappé le monde de l’édition. De ce fait, le plus ancien des éditeurs indépendants aux États-Unis a fait le pari de la dématérialisation des contenus. Une solution qui lui permet de faire d’importantes économies grâce à la technologie.

« La croissance considérable que nous avons constaté sur le marché du livre numérique en si peu de temps, ajoutée au déclin du marché de masse du livre, nous a convaincu que nous devions focaliser notre attention et nos ressources sur ce segment sans attendre » ont déclaré les dirigeants de Dorchester Publishing, dans des propos rapportés par ReadWriteWeb.

Un pari risqué, mais qui pourrait s’avérer être la bonne décision. À en croire les déclarations d’Apple et d’Amazon, le secteur du livre électronique est en plein boom. En avril dernier, la firme de Cupertino avait affirmé que sa boutique iBooks avait délivré près de 600 000 ouvrages numériques

Même son de cloche pour Amazon. En juillet dernier, le site marchand américain avait indiqué avoir vendu plus de livres électroniques que d’ouvrages papier. Et même si les propos d’Amazon s’inscrivaient dans une opération de communication, il est évident que la part des livres électroniques dans la vente d’ouvrages littéraires ne cesse d’augmenter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés