Depuis 2008, le Conseil d'Etat autorise le contournement des mesures techniques de protection à des fins d'interopérabilité. Fort de cette décision, les responsables de VideoLAN ont ouvert une page dédiée à libaacs, un projet de recherche dédié à l'AACS, un verrou numérique conçu pour les disques optiques dernières générations. Cependant, l'objectif ne sera pas de fournir une clé de décodage.

Acronyme de Advanced Access Content System, l’AACS est une norme technologique dont le rôle est de restreindre la lecture et la copie des disques optiques de dernière génération, comme le Blu-ray et feu le HD DVD. Pour y parvenir, plusieurs sociétés se sont alors regroupées au sein d’un consortium afin de soutenir ce système de gestion numérique des droits.

En 2005, les spécifications du DRM furent rendues publiques. Cependant, le lancement fut reporté à l’année suivante après l’apparition de quelques problèmes techniques lors de l’installation de l’AACS sur les HD DVD. Depuis, les bidouilleurs se sont penchés sur cette technologie afin de la décortiquer puis de la casser complètement et définitivement.

Cinq ans plus tard, VideoLAN a ouvert une page dédiée à libaacs. L’objectif, selon les responsables du projet, est de permettre le droit à l’interopérabilité. Le 16 juillet 2008, le Conseil d’Etat autorisait le contournement des mesures techniques de protection à des fins d’interopérabilité. C’est donc dans ce contexte que libaacs est développé.

Pour l’heure, libaacs est décrit comme « un projet de recherche, intégralement développé à partir de la spécification officielle et publique« . Cette bibliothèque n’a donc pas vocation à fournir une « clé de décodage », afin de respecter le droit d’auteur. Le projet est porté par une équipé de développeurs internationaux fréquentant le site Doom9.

Rappelons que c’est sur le forum de Doom9 que les protections intégrées dans les HD DVD et les Blu-ray ont été cassées. C’était en 2007 et il n’aura fallu que quelques mois pour que des développeurs parviennent à trouver la clé de calcul permettant de déchiffrer l’AACS.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés