C'est marqué dans le contrat d'utilisateur, Google se réserve le droit de supprimer à distance des applications allant à l'encontre de l'accord de distribution du développeur. Mais jusqu'à présent, la firme de Mountain View n'avait jamais vraiment mis en oeuvre son dispositif. Jusqu'à récemment, où l'entreprise a retiré deux applications potentiellement néfastes.

Jusqu’à présent, nous savions que Google se réservait le droit de désactiver certaines applications. En octobre 2008, nous avions appris via le contrat d’utilisateur que « Google peut découvrir un produit qui viole l’accord de distribution du développeur… et dans un tel cas, Google se réserve le droit de supprimer à distance ces applications de votre appareil à sa seule discrétion« .

Google n’est évidemment pas la seule entreprise à avoir la capacité de désactiver plusieurs applications à distance. Plusieurs autres firmes de premier plan peuvent également bloquer l’utilisation de certains programmes. Par exemple, Apple a les moyens techniques de le faire sur ses produits, tout comme Amazon avec son Kindle.

La plupart du temps, il s’agit d’une mesure mise en œuvre pour protéger le réseau ou l’utilisateur. Si jamais la firme de Mountain View constate qu’une application diffuse un virus ou compromet d’une façon ou d’une autre la sécurité de l’appareil ou la confidentialité des données personnelles d’un utilisateur, il parait hautement improbable que Google ne réagisse pas.

À l’époque, nous avions considéré que la formulation était vague, permettant certaines interprétations de ce que peut être « un produit qui viole l’accord de distribution de développeur ». Cela pourrait potentiellement autoriser Google à supprimer une application parce que celle-ci a enfreint les droits d’auteur.

Mais jusqu’à présent, Google ne s’est jamais vraiment distingué pour être particulièrement restrictif en la matière. Récemment pourtant, Google a été dans l’obligation d’intervenir pour non pas désactiver mais désinstaller purement et simplement deux applications potentiellement à risque.

Dans un billet de blog, Rich Cannings, le responsable de la sécurité chez Android, explique que Google a « récemment été au courant de l’existence de deux applications gratuites mises au point par un chercheur en sécurité dans le cadre de ses travaux« .

« Ces applications ont été volontairement mal renseignées afin d’encourager les utilisateurs à les récupérer, mais elles n’ont pas été conçues pour être détournées, et n’avaient pas la permission d’accéder aux données privées de l’utilisateur ou aux ressources du système autre que la permission.INTERNET » a-t-il poursuivi. « Dans la mesure où ces applications étaient relativement inutiles, la plupart des utilisateurs ont désinstallé ces applications rapidement après les avoir téléchargés« .

Une bonne occasion pour Google de tester son système de désinstallation à distance, suite au retrait des applications par le chercheur, une fois ces expérimentations terminées. « En vertu des conditions d’utilisation, nous avons utilisé notre système de désinstallation à distance afin de retirer les dernières copies et remettre le système en état » a expliqué le responsable de Google.

Et de conclure que toutes ces procédures sont là « pour fournir un avantage certain en matière de sécurité afin d’aider à protéger les utilisateurs d’Android dans notre environnement ouvert« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés