En football, on parle de blessure diplomatique lorsque l’équipe n’a pas l’intention de révéler à la presse les raisons exactes de l’absence d’un joueur sur la feuille de match. Parlons donc, dans le cas de Newzbin, d’un hack diplomatique pour expliquer le retour annoncé du site d’indexation des newsgroups.

Le site qui n’hébergeait aucun fichier mais proposait des liens NZB pour retrouver les films, jeux vidéo, logiciels, séries TV et autres albums de musique sur les serveurs Usenet, a été condamné en mars dernier. Appliquant une jurisprudence aux critères désormais bien définis au niveau international, le tribunal britannique a relevé un faisceau d’indices démontrant la volonté des administrateurs de Newzbin d’encourager son utilisation à des fins de piratage.

Suite à sa condamnation, Newzbin a déclaré faillite avec plus d’un million de livres sterling de dettes, et aucune ressource financière pour y faire face. Une tragédie pour ses utilisateurs, Newzbin étant de loin considéré comme le site le plus complet. Mais un malencontreux concours de circonstances devrait permettre son retour, sous un autre nom.

Un groupe de hackers, la « team R Dogs/Newzbin 2 », affirme en effet qu’il a pu pirater le code source de Newzbin et sa base de données principale, qui contenait notamment les fichiers NZB et les adresses e-mail des membres. Ce qui lui permettra de recréer le site comme il était auparavant, et de recontacter tous les membres pour annoncer le lancement prochain d’un Newzbin 2.

Même si les administrateurs du site de liens NZB tentent de faire passer le piratage pour un évènement réellement indépendant de leur volonté, personne ne peut être vraiment dupe. Mais il faudra que la Justice puisse prouver le contraire si elle veut les tenir personnellement responsables.

L’affaire rappelle celle de The Pirate Bay. Après sa condamnation et une vente finalement annulée, un internaute anonyme avait mis en ligne une archive de 21,3 Go de données du site. Elle réunissait la base de données du site au format SQLite 3, le logiciel utilisé pour dupliquer l’index du site de liens BitTorrent, et les fichiers d’un mini site capable d’exploiter la base de données.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés