Apple est prêt à tout pour rester à la cour des rois. Le valet Steve Jobs persiste à aller dans le sens des majors, même si cela va contre l'intérêt des sujets. Dernière courbette en date : iTunes 4.7.

La communauté Macintosh est en colère, et on la comprends (en réalité nous exagérons, rares sont les amateurs de Macintosh doués de sens critique à l’encontre de la Pomme). Contrairement aux pratiques de la plupart de ses concurrents, iTunes ne permet pas de rapatrier les morceaux stockés sur un baladeur iPod. Les titres peuvent ainsi être envoyés vers l’appareil, mais l’inverse n’est pas possible. Les majors pensent que cette restriction empêche le piratage…

Si par malheur vous possédez un iMac et iBook, les morceaux qui figurent sur l’un ne pourront pas transiter sur l’autre par l’intermédiaire de votre iPod. Lancez eDonkey, c’est plus simple (souvenez-vous, cette restriction doit empêcher le piratage…).

Mi-septembre, Sylvain Demongeot proposait sur WildBits.com un plug-in appelé iPodDownload qui permet de remédier à cette lacune sur la version Macintosh d’iTunes. Immédiatement, Apple a réagi en faisant fermer le site et en contraignant Wildbits à supprimer iPodDownload. Mais bien sûr, Internet étant ce qu’il est, le « mal » était déjà fait. iPodDownload s’est répandu comme une trainée de poudre et a fait le bonheur de milliers de clients d’Apple.

Mais comme le signale Endadget, la mise à jour de iTunes vers la version 4.7 neutralise l’utilisation du plug-in, compliquant à nouveau l’utilisation de l’iPod.

Et pourtant, des centaines de milliers d’iPod se vendront à nouveau à Noël.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés