En proposant avec l'iPad une tablette tactile qui reprend exactement la même interface et les mêmes restrictions d'utilisation que l'iPhone, Apple a déçu les geeks qui espéraient une tablette plus proche d'un iMac. Mais la firme de Cupertino a séduit l'essentiel des consommateurs qui attendent un produit simple à prendre en main, rassurant et fonctionnel. Son succès commercial, agaçant pour ceux qui défendent standards et formats ouverts, est déjà assuré.

L’institut Gfk a publié mardi une étude sur la notoriété de l’iPad et les intentions d’achat des Français sur la tablette tactile d’Apple, réalisée auprès de 1000 « internautes représentatifs » les 29 et 31 janvier dernier. Le cabinet s’étonne des 76 % de notoriété acquis par l’iPad deux jours seulement après sa sortie, alors qu’on s’étonne nous qu’il reste encore près d’un quart des internautes qui n’avaient pas entendu parler de l’iPad malgré le matraquage médiatique dont il a bénéficié (y compris, c’est vrai, dans nos colonnes).

Mais le plus intéressant, ce sont les intentions d’achat. Malgré toutes les critiques que l’on peut émettre à l’encontre de l’iPad, la tablette d’Apple est déjà promise à un grand avenir commercial. Parmi les 76 % d’internautes qui ont entendu parler de l’appareil, 12 % disent qu’ils l’achèteront certainement, et seulement 27 % qu’ils ne l’achèteront « certainement pas ». Chez les possesseurs d’iPhone, 28 % pensent certainement acheter l’iPad, qui utilise la même interface et offre sensiblement les mêmes fonctionnalités, avec un écran quatre fois plus grand.

La fidélité à Apple marche aussi à plein. « Les foyers pluri-équipés Apple montent à 96 % d’intention d’achat, dont 63 % d’intention ferme« , constate ainsi Alexis Helcmanocki, Directeur du Pôle Telecom, IT & Consumer Electronics chez GfK Custom Research France. « Ce que traduisent ces chiffres d’intentions d’équipement, et c’est peut être l’enseignement principal de ce sondage, c’est que le iPad est bien compris en terme des bénéfices d’usage qu’il peut apporter, et ce, même si le iPad devra créer un nouveau segment de marché, celui des tablettes, qui jusqu’à ce jour n’a pas réussi à percer« , ajoute-t-il.

Gfk estime que 400 000 à 450 000 tablettes pourraient être vendues en France en 2010, essentiellement par Apple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés