Quelques fois, les indicateurs qui semblent les plus négatifs peuvent être des signes de bonne santé. Lorsque votre serviteur était encore étudiant à l’Université de Droit, un professeur de sciences-politique avait surpris l’amphithéâtre en affirmant que la progression du niveau de l’abstention dans une société démocratique était un indicateur positif du bien-être de ses membres. Il n’y a que si l’on ressent le besoin de changer les choses que l’on va voter, expliquait-il en substance. Le raisonnement est très contestable, mais il démontrait bien que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres. Comme le montre aussi l’exode des contributeurs de Wikipedia.

Le Wall Street Journal a publié un article qui souligne en effet la chute vertigineuse du nombre d’internautes qui prennent le temps et la peine d’éditer des pages pour enrichir l’encyclopédie collaborative. Les visites sur le site ne cessent de progresser, avec une croissance d’environ 20 % entre septembre 2008 et septembre 2009, mais les contributions chutent.

« Depuis fin 2006, les volontaires quittent Wikipedia plus vite que les nouveaux volontaires arrivent †et le déficit s’est accru l’année dernière. Au cours des trois premiers mois de 2009, Wikipedia en anglais a connu une pertte nette de plus de 50 000 contributeurs, contre 5 000 perte au cours de la même période un an auparavant selon une étude du chercheur espagnol Felipe Ortega« , note le journal.

A priori, c’est signe de mauvaise santé. Mais Wikipedia avance une explication rationnelle plus optimiste. Si les contributions sur l’encyclopédie diminuent, c’est que le contenu est aujourd’hui suffisamment riche, complet et bien présenté pour ne pas nécessiter d’éditions trop fréquentes. L’abstention est signe de bien-être. Il est de plus en plus rare d’avoir des connaissances supplémentaires sur un sujet précis, tant le nombre de « sujets de niche » exploités est aujourd’hui important. De plus, si 49.000 contributeurs ont cessé d’écrire en 2009, il reste toute de même 3 millions d’internautes à travers le monde qui participent à l’enrichissement quotidien de Wikipedia.

Mais Wikipedia est aussi victime de son succès, qui l’a obligé à prendre des mesures de plus en plus drastiques pour contrôler la qualité des contributions et éviter le spam ou les mauvaises blagues. Des mesures tellement strictes qu’elles inhibent et agacent les volontaires. « Wikipedia est en train de devenir un environnement hostile. Beaucoup de gens en ont marre de débattre encore et encore sur le contenu de certains articles« , analyse ainsi Felipe Ortega.

A moins que ça ne soit aussi et plus simplement un effet de mode qui se dissipe. Le temps que passaient hier les contributeurs sur Wikipedia, ils le passent plus volontiers aujourd’hui sur leur blog, sur Twitter ou sur Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés