Le groupe japonais NEC a développé une paire de lunettes capable d'afficher du texte traduit en quasi temps réelÉquipé d'un petit boitier, le système affiche directement une image sur la rétine avec la traduction. NEC estime que son appareil a très gros potentiel dans le domaine de la réalité augmentée.

S’il y a un pays qui a fait des gadgets high-tech sa grande spécialité, c’est bien le Japon. Régulièrement, le pays du Soleil Levant nous gratifie de nouvelles technologies toujours plus surprenantes et futuristes, aux applications parfois très vastes. Ainsi, lors du dernier salon CEATEC, nous découvrions ainsi des robots imitant le déplacement de bancs de poissons ou encore des écouteurs contrôlables par les yeux.

Cette fois, c’est au tour de l’entreprise japonaise NEC de créer la surprise en présentant un système visuel et sonore de traduction instantanée anglais / japonais, et inversement. Associé à une paire de lunettes fabriquées par la société nipponne Brother, le petit boitier portatif effectue la traduction en quasi temps réel et projette ensuite une image sur la rétine. Selon les concepteurs du prototype, il devient alors possible de converser tout naturellement dans sa langue maternelle avec un interlocuteur étranger.

Si l’appareil est encore au stade expérimental, les développements futurs sont facilement imaginables : ces lunettes seront d’une aide particulièrement précieuse dans des situations nécessitant une communication rapide : à l’hôpital, dans le cadre d’une démarche administrative ou tout simplement pour permettre à un touriste d’arpenter un pays sans risque de s’égarer au détour d’une rue.

« Vous pouvez suivre le cours d’une conversation » a expliqué ainsi Takayuki Omino, une des responsables de l’entreprise à l’AFP. « L’appareil peut également être utile pour réhausser le niveau de confidentialité d’une discussion« , évitant ainsi le recours à des traducteurs.

« Nous travaillons depuis une dizaine d’années sur les outils de traduction automatique simultanée » explique Kotaro Nagahama, le responsable du suivi de développement des produits chez NEC. Pour le groupe électronique, la principale difficulté lors de la conception d’un tel appareil a été la reconnaissance multi-locuteur. En effet, dans un dispositif mono-locuteur, le logiciel a pour unique tâche de reconnaitre la voix et l’intonation d’un seul individu.

Or ici, il a fallu non seulement développer un appareil capable de s’adapter à n’importe quelle personne, sans apprentissage, mais en plus il était nécessaire d’intégrer un vocabulaire très varié pour rendre le système intéressant. Jusqu’à présent, les systèmes multi-locuteurs disposaient de dictionnaires réduits à quelques centaines de mots-clés maximum.

À terme, c’est tout le domaine de la réalité augmentée qui pourrait profiter d’une telle technologie. Associée avec un smartphone, la paire de lunettes pourrait diffuser des informations écrites directement dans le champ de vision de l’utilisateur. En observant un immeuble à Tokyo, le passant pour connaitre les lieux publics accessibles, comme un bar ou un restaurant par exemple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés