Logiciel propriétaire très utilisé, Skype entretient une relation délicate avec le monde du libre. Cependant, l'entreprise a promis de publier dans "un futur proche" une version open-source de l'application. Une ouverture prometteuse mais qu'il faut tempérer. En effet, cette démarche ne concernera pas l'ensemble de Skype...

L’information est d’abord apparue sur le blog d’Olivier Faurax. Utilisateur de Mandriva, le développeur a voulu savoir s’il était possible d’installer la dernière version de Skype sur son poste. Or, dans la mesure où aucun paquet officiel n’est disponible pour cette distribution, la seule solution était de prendre contact avec la société pour savoir si un RPM Package Manager spécifique à Mandriva allait être disponible.

« Nous comprenons qu’un grand nombre d’utilisateurs puissent se plaindre de l’absence d’une version adaptée à Mandriva pour l’instant. Nous sommes heureux d’être en mesure de vous informer que Skype va désormais être un élément de la communauté open source ».

« Les développeurs de Skype vont pouvoir influencer le développement du client sur Linux, ce qui donnera certainement naissance à des versions spécifiques pour les différentes distributions. Nous avons bien conscience du problème pour les utilisateurs de Mandriva, mais nous pouvons néanmoins vous assurer que les versions Fedora et static fonctionneront sur un système Mandriva« .

Si la réponse de Skype peut apparaitre convaincante et prometteuse pour la communauté Linux, parlant d’un logiciel devenant un « élément de la communauté open source », il faut bien reconnaitre que la formulation choisie est suffisamment vague pour tout dire et son contraire. Intrigué, Olivier Furax a relancé Skype pour en savoir plus, notamment sur le calendrier d’un tel projet. Et pour l’entreprise, « la version Skype pour Linux deviendra open source dans un futur proche« .

Cependant, Steven J. Vaughan-Nichols, sur le blog de Computer World, est beaucoup plus mesuré. En contactant Skype, il a appris que l’entreprise allait surtout rendre le client open source, c’est-à-dire l’interface utilisateur, et non pas le protocole de communication. Et la différence est de taille, d’autant plus que les fondateurs du logiciel ont attaqué Skype pour contrefaçon. Dès lors, avec cette guerre de brevets, il n’était absolument pas envisageable d’ouvrir davantage le code source de l’application.

Au final, il s’agit d’une ouverte en demi-teinte : Skype fait un pas dans le développement d’une version Linux open-source, tout en gardant sur le véritable coeur de l’application, c’est-à-dire le protocole de communication.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés