L'organisation anti-piratage hollandaise a reconnu que le document qu'elle a produit devant le tribunal néerlandais pour identifier les dirigeants de la société propriétaire de The Pirate Bay était faux. Mais ils rejettent la responsabilité sur la société qui a édité le faux rapport.

Peter Sunde, l’ancien porte-parole de The Pirate Bay, a accusé jeudi le BREIN d’avoir produit un faux devant un tribunal des Pays-Bas. Le document, truffé d’anomalies, assurait que l’un des administrateurs de The Pirate Bay était le directeur de la société Reservella, propriétaire du site. Selon Peter Sunde, l’organisation anti-piratage néerlandaise a produit ce document en toute connaissance de cause, pour justifier une responsabilité personnelle des administateurs déjà condamnés en Suède.

Interrogé par la presse néerlandaise, le directeur du BREIN Tim Kuik a confirmé que le document publié par The Pirate Bay était effectivement faux. Mais il nie avoir produit un faux. Le document serait bien issu selon lui de la société britannique Experian, mandatée pour enquêter sur la société Reservella. Selon lui, c’est Experian qui a produit un document erroné, et le BREIN l’aurait produit de bonne foi.

Jeudi, Peter Sunde a assuré que la société Experian ne trouvait pas trace du document, et qu’il ne contenait pas les mentions de facturation et de datation qui figurent d’ordinaire en pied de page des rapports de la société britannique. Mais la société n’a pas nié que le document pouvait avoir été tout de même produit par un employé.

« Le document ne joue aucun rôle dans la procédure judiciaire« , a par ailleurs précisé Tim Kuik, qui assure avoir d’autres preuves pour démontrer la responsabilité des trois administrateurs mis en cause. Le document devait servir à lier la procédure lancée contre les administrateurs à celle lancée contre Reservella, mais les deux procédures sont finalement distinctes.

Tim Kuik se dit totalement confiant vis à vis des déclarations de Peter Sunde, qui a assuré vouloir porter plainte pour faux, usage de faux et tentative d’extorsion contre le BREIN et son directeur. Il n’aurait jamais eu vent de la précédente plainte que le porte-parole de The Pirate Bay avait annoncé lancer contre eux, pour diffamation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés