Se baser sur de vrais déboires pour vanter un produit et attirer le chaland ? C'est la stratégie adoptée par une société spécialisée dans la protection sur le réseau BitTorrent. Pour se faire, l'entreprise vous compte les malheurs de Sandy, une pauvre internaute qui a eu bien des malheurs avec le peer-to-peer...

Chaque jour, des milliers d’internautes à travers le monde reçoivent des courriels menaçants provenant directement de leur fournisseur d’accès Internet, les alertant qu’ils ont tout simplement été pris la main dans le sac en pleine séance de téléchargement illégal. Bien que généralement les menaces ne vont guère plus loin qu’un simple avertissement, certains internautes découvrent parfois vraiment le monde judiciaire autrement que par des faits divers macabres.

Ainsi, c’est l’histoire qui est arrivée à une certaine Sandy Johnson qui a ouvert aujourd’hui même un blog intitulé « Comment les torrents ont ruiné ma vie« . Dans une note, Sandy explique qu’elle a été repérée par les ayants droit en train de télécharger CSI : Miami. Utilisant la majorité de ses économies pour se payer un avocat, celui-ci conseilla de trouver un arrangement avec le demandeur, plutôt que de chercher la confrontation, car le procès pourrait très bien tourner en sa défaveur. Et évidemment, la pauvre Sandy Johnson n’était guère disposée à payer une éventuelle amende de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Un malheur n’arrivant jamais seul, son petit ami de l’époque, peu enclin à s’investir dans une relation qui allait sans doute être hypothéquée par cet évènement inattendu, décidé de prendre la poudre d’escampette. Une attitude qui laisse pantois la jeune femme, d’autant qu’il ne semble pas vraiment inquiet lorsqu’il lui demandait de télécharger quelques titres de musique.

Or, à la fin de sa longue complainte, Sandy n’est décidément pas prête à abandonner l’univers du torrent, comme le font souvent de nombreux internautes après ce genre de mésaventures. Non, au lieu de cela, elle a tout simplement décidé de poursuivre ses petites activités le plus naturellement du monde. Mais en précisant bien que cette fois, elle utiliserait une protection pour se protéger des chasseurs de la RIAA… et évidemment, elle vante les mérides d’une protection payante !

Le doute n’est dès lors plus permis, comme le note Freakbits. Sandy Johson n’a tout simplement jamais existé, tout comme les malheurs de Sandy. C’est tout simplement une publicité produite par Torrent Privacy pour attirer les internautes dans ses filets.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés