Après Jean-François Copé la semaine dernière, c'est le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre qui s'inquiète de l'opposition du PS au projet de loi Hadopi 2. Lundi, il a demandé aux socialistes qui ont déposé près d'un millier d'amendements de "se ressaisir" pour ne pas faire preuve de "sectarisme" contre la protection des auteurs.

Mise à jour : l’UMP a publié la vidéo de la déclaration. Mention spéciale au journaliste de France Info qui arrive à rester impassible face au regard insistant du porte-parole de l’UMP :


Frédéric Lefebvre n’a peur de rien. Le porte-parole de l’UMP avait défendu avec férocité le projet de loi Hadopi à l’Assemblée Nationale, intervenant dans l’hémicycle essentiellement lors des votes les plus importants, pour mobiliser les troupes du parti. Mais la claque reçue du Conseil constitutionnel ne l’a pas freiné. Lundi, lors d’un point presse, Frédéric Lefebvre a appelé les élus du Parti Socialiste à « se ressaisir », alors qu’ils multiplient les amendements pour faire obstruction à l’adoption de la loi Hadopi 2.

Au dernier pointage, plus de 800 amendements ont été déposés sur le bureau de l’Assemblée Nationale au projet de loi relatif à la protection de la propriété littéraire et artistique sur Internet, qui est pourtant très court. Les députés de l’opposition, soutenus par quelques parlementaires de la majorité (en particulier Lionel Tardy, Christian Vanneste, et Jean Dionis du Séjour), veulent faire obstruction à un texte Hadopi 2 dont l’inconstitutionnalité ne fait quasiment aucun doute. Le gouvernement souhaitait faire adopter le projet de loi pendant l’été, à l’abri des projecteurs médiatiques, mais il est désormais certain qu’il devra être reprogrammé lors de la session parlementaire de septembre. Les débats se poursuivront jusqu’à jeudi soir, sans qu’il soit possible d’aboutir à un vote d’ici là.

Constatant le travail de sape de l’opposition, Frédéric Lefebvre a lancé un appel aux députés lundi, demandant aux socialistes qu’ils « cessent de trahir les principes qu’ils ont pourtant toujours défendu dans le passé« . Peut-être que pour l’UMP, le respect de la Constitution n’est pas un principe qui vaut la peine d’être défendu. « Le parti socialiste, et tout la gauche d’ailleurs, devraient se ressaisir« , a déclaré le porte-parole de l’UMP, dont les propos sont rapportés par l’AFP.

Il a demandé un Parti socialiste « qui se montre ouvert et respectueux de la création, au lieu de donner le visage du sectarisme, comme il l’a fait en n’hésitant pas à mettre en cause la liberté d’expression dans deux affaires récentes« , a indiqué Frédéric Lefebvre. Il fait en particulier référence à la déprogrammation du rappeur Orelsan des Francofolies de la Rochelle, attribuée à Ségolène Royal… alors-même que la première à avoir demandé la censure d’Orelsan – sur Internet – était la secrétaire d’Etat à la Solidarité Valérie Létard, membre de l’UMP.

Mais peut-être l’UMP souhaite-t-elle que la liberté d’expression s’arrête aux frontières du net, ce qui expliquerait beaucoup de choses ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés