Le site de partage de vidéos Dailymotion a remplacé une vidéo de Daniel Cohn-Bendit qui tendait à démontrer des attirances sexuelles assumées envers les enfants par une autre vidéo, complétée cette fois par sa repentance de 2001. A notre connaissance, c'est une première.

Mise à jour : Hokkos apporte en commentaire une explication technique à cette substitution. Elle serait le fruit de l’algorithme prévu pour la protection des droits d’auteur : « C’est évidement un problème d’algorithmes, ASI est considéré comme authentifié par Dailymotion, donc si d’autres vidéos contiennent du contenu de leur vidéos elles seront remplacées par ces vidéos autorisées d’ASI plutôt que suppriméesÉvidement ce système marche mal quand un producteur authentifié et un utilisateur au hasard postent des vidéos d’archive avec du contenu qui se chevauche ; car les utilisateurs auront leur vidéo remplacée par celle du producteur authentifié sans raison valables.« 

On savait que la protection des droits d’auteur permettait à Dailymotion de bloquer l’accès à une vidéo contrefaite, voire dans le cas d’un clip à le remplacer par la version officielle qui rémunère la maison de disques. Mais l’on ne savait pas que Dailymotion se permettait de remplacer le contenu même des vidéos, lorsqu’elles peuvent déplaire à tel ou tel individu.

Suite à l’attaque de François Bayrou contre Daniel Cohn-Bendit sur France 2, le site d’Arrêt sur Images a puisé il y a quelques jours dans ses archives une vidéo de 1982 où l’on voit le leader d’Europe Ecologie expliquer avec délectation lors d’une émission Apostrophes combien il était « fantastique d’être déshabillé par une petite fille de cinq ans« . Terriblement dérangeante, cette vidéo accréditait l’émotion dont le président du MoDem s’est, par calcul ou par sincérité, fait l’aigri porte-parole. Très vite, la vidéo a été reproduite sur Dailymotion.

Informé de la publication de cet extrait, François Bayrou a même décroché cette semaine son téléphone pour appeler Daniel Schneirdermann, le fondateur d’ASI, et le remercier. « Si Internet n’existait pas, cette image ne serait jamais ressortie. J’aurais été cloué au pilori, sans avoir su que cette image existait« , a-t-il confié au journaliste, qui relate la conversation en se demandant s’il s’agissait d’un « homme qui souhaite partager une émotion avec un autre homme« , ou d’un « politique qui tente d’instrumentaliser un journaliste« .

Parallèlement, effrayé par la montée d’un buzz qu’il n’a pas souhaité, le site a ressorti une seconde vidéo. On y voit cette fois Daniel Cohn-Bendit vingt ans plus tard, en 2001, faire repentance et expliquer que ses propos, « à la lumière de ce que l’on sait aujourd’hui« , sont « insoutenables et intolérables« . Par souci d’équité, Arrêt sur Images a donc publié cette deuxième vidéo, en contrepoint de la première.

(suite de l’article après la vidéo)

Mais jeudi soir, Arrêt sur Images s’étonne. « Un extrait de l’émission « Apostrophes » de 1982, posté sur Dailymotion par différents internautes, a été remplacé par les responsables de la plateforme par le montage plus « équilibré », que nous avons fabriqué hier« , constate la rédaction. Sans qu’ASI ne leur demande quoi que ce soit.

« Le système de « remplacement » de Dailymotion est le suivant : lorsque l’internaute clique sur « lecture » pour visionner une version « copiée » d’une vidéo, c’est en fait une autre version, « autorisée » (et choisie par Dailymotion) qui est lancée dans la même page. Ainsi, des copies d’une vidéo parue dans un article d’@si – un extrait d' »Apostrophes » daté de 1982 concernant Daniel Cohn-Bendit (voir la chronique de Daniel Schneidermann à ce sujet) -, ont été remplacées par un montage plus « complet » d’@si, comprenant un deuxième extrait vidéo dans lequel Daniel Cohn-Bendit, en 2001, répond aux accusations de pédophilie« .

Une décision qui risque de créer une dangereuse jurisprudence. A partir de quel moment Dailymotion se doit-il de remplacer une vidéo par une autre ? Il faudra sans cesse que le site s’explique, soit dans son choix de laisser un document intact, soit dans son choix de le modifier. On lui souhaite bien du courage…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés