Alors que les députés doivent exprimer demain après-midi leur vote sur le projet de loi Création et Internet, la Quadrature du Net demande à tous les internautes de contacter une dernière fois leur député pour les convaincre de voter contre ou, au pire, de s'abstenir.

Il ne reste plus que quelques heures pour espérer un nouveau rejet de la loi Création et Internet à l’Assemblée Nationale. Les députés UMP, re-mobilisés par la direction du parti, ont prévu de se rendre mardi en nombre dans l’hémicycle pour laver l’affront du rejet du 9 avril dernier, orchestré par l’effet combiné d’un absentéisme aigu de la majorité et d’une mobilisation surprise de l’opposition. Mais ces derniers ayant demandé un scrutin public, le vote de chacun des députés sera consigné au Journal Officiel, ce qui permettra à tout le monde de vérifier la position prise par son élu.

Or ce que la Quadrature du Net nomme désormais « l’Hadopigate » achèvera peut-être de convaincre les députés de réfléchir sérieusement à leur vote. Le collectif a lancé dimanche un « hadopithon« , pour demander aux électeurs de contacter d’urgence et par téléphone leur député, avant le mardi 12 mai, 15h30, « pour les inciter à voter contre la loi HADOPI afin de suivre l’avis du Parlement européen qui réaffirme  » qu’aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs [d’Internet] sans décision préalable des autorités judiciaires « « .

Alors que les députés européens ont renouvelé leur soutien à l’amendement Bono par 407 voix contre 57, le président du groupe UMP Jean-François Copé a estimé sur France 2 qu’il s’agissait d’une manœuvre des socialistes français. C’est le « prolongement des petites manips des socialistes français qui ont passé un coup de fil à leurs copains socialistes eurodéputés qui, dans l’urgence, ont fait passer mine de rien » l’amendemnent, a ainsi jugé Copé.

« Aux dires de M. Copé, nos eurodéputés, élus au suffrage universel, ne pourraient désormais plus voter librement contre la riposte graduée sans être, eux aussi, l’objet d’une manipulation4. Face à un tel mépris et un tel déni de démocratie, il revient à tous les citoyens de soutenir leurs députés pour leur permettre de courageusement affirmer leur opposition à cette loi coûteuse, inepte, inapplicable et dangereuse« , estime la Quadrature du Net.

« Le vote de ceux qui approuveront explicitement ce projet de loi ne pourra être interprété que comme une défiance vis-à-vis de l’Europe, des libertés et droits fondamentaux des citoyens et de la séparation des pouvoirs« , conclut Gérald Sédrati-Dinet, analyste pour le collectif.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés