Pour qui a suivi les débats (toujours en cours) sur l’amendement Bono et la riposte graduée, il y a quelque chose de savoureux à découvrir le tract qu’ont prévu de distribuer les militants UMP pour les élections européennes du 7 juin prochain.

Rappelons que le 24 septembre dernier, les députés européens ont adopté par 88 % des voix (573 voix pour, 74 contre) l’amendement Bono qui prévoyait d’obliger les Etats membres à recourir à l’ordre judiciaire pour toute sanction de suspension de l’abonnement à Internet. Véritable missile lancé contre le projet français de riposte graduée, l’amendement a été supprimé d’autorité par Nicolas Sarkozy et le Conseil de l’Union Européenne dont il était alors le Président.

Ca n’était pourtant pas la première fois que le Parlement européen exprimait son mécontentement à l’égard de la riposte graduée, puisqu’il avait déjà voté une résolution allant dans le même sens six mois auparavant. Et ça n’était pas la dernière fois puisque récemment encore, le Parlement Européen a adopté également à une très large majorité le rapport Lambrinidis qui demande aux Etats membres de s’interdire d’utiliser la coupure de l’accès à Internet comme sanction administrative ou pénale. Mais Nicolas Sarkozy, qui veut sa riposte graduée et ne veut rien entendre de l’opposition, retarde actuellement l’adoption de l’ensemble du Paquet Télécom européen, pourtant très attendu, en refusant absolument d’y laisser passer l’amendement Bono. Ce que le peuple européen décide n’a pas d’importance face à ce que Nicolas Sarkozy exige.

Il est donc savoureux, disions-nous, de découvrir ce tract, qui affirme que « Quand l’Europe veut, l’Europe peut« , et qui demande aux Français de voter pour des eurodéputés UMP, pour « continu[er] à changer l’Europe« .

La changer dans quel sens ? Ca n’est pas dit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés